Européennes, ça approche !


A la date du 5 mai, la possibilité de constituer une liste pour les élections européennes n’existera plus. Celles-ci sont programmées pour le 26 mai. Notez bien cette date. En attendant quatorze listes se sont constituées au plan national et, en Béarn, nous avons notre candidate.

Rappelons quelques règles qui vont présider à cette échéance. Ces élections se feront à la proportionnelle, selon le scrutin de liste. Ces listes, actuellement au nombre de quatorze, seront constituées au niveau national et non plus au niveau des circonscriptions. Elles devront comporter autant de candidats que la France détiendra de sièges au parlement européen, c’est à dire 79. Enfin 79, c’est plutôt théorique car les Anglais qui ne seront pas encore sortis de l’Europe, voteront vraisemblablement eux-aussi. Ce qui risque réduire le nombre des sièges de la France à 74. Ah ce Brexit !

Il se dit que lors de négociations en coulisses, François Bayrou, a réussi à imposer trente candidats issus du parti dont il est président sur la liste : LREM + MoDem + Agir + Mouvement radical. C’est pas mal en reconnaissance des supposés 5% qui auraient permis à Emmanuel Macron d’emporter la présidentielle. Et nous Béarnais avons sur cette liste, à la quinzième place, en rang éligible, une certaine Laurence Farreng née Despaux. Il s’agit de l’actuelle directrice de la communication de la ville de Pau, membre comme il se doit du Modem. Le maire de Pau l’a placée sur la liste de Nathalie Loiseaux, tête de liste issue de LREM.

Actuellement François Bayrou apparaît aux yeux des commentateurs politiques les plus avisés comme celui qui est ou serait très écouté par le Président de la République. Ses conseils se font dans la discrétion de ce qu’il est convenu d’appeler les visiteurs du soir. Alors comme il est personnellement convaincu, il ne s’en cache d’ailleurs pas, que le RIC (Référendum d’initiative citoyenne), le vote blanc, le rétablissement de l’ISF et l’élection des députés à la proportionnelle sont indispensables pour répondre aux revendications des Gilets jaunes, il faut s’attendre à quelques réformes. Enfin, s’il est aussi écouté qu’on le dit…

Les scrutins de listes ont toujours cette part d’inconnu. La liste LREM-MoDem est composée de candidats aux convictions pas toujours très conciliables. Qu’y-a-t-il de commun, en effet, entre Pascal Canfin (2 ème), écologiste convaincu, tenant de la disparition du glyphosate et Jérémy Decercle (4 ème), président des jeunes agriculteurs qui, lui, est plutôt d’un avis contraire ? L’électeur devra admettre que lors d’un vote au scrutin de liste, sans panachage possible, il faut se satisfaire de cette pluralité de doctrines. Alors il faudra oublier ses convictions politiques, vous voyez bien qu’elles ne servent à rien.

Et pendant ce temps-là, notre Jean Lassalle cherche à composer une liste dont il prendrait la tête. Mais y parviendra-t-il ? Le suspense est grand et l’argent lui manque.

Pau, le 10 avril 2019

par Joël Braud

4 commentaires sur « Européennes, ça approche ! »

  1. Et cette réflexion de Milan Kundera « caricature grossière »? « Pensée simpliste »?
    A propos de l’art, de l’Europe et des Nations (via Philippe Chauché) :
     » Toutes les nations d’Europe vivent le même destin commun mais chacune le vit différemment, à partir de ses propres expériences particulières. C’est pourquoi l’histoire de chaque art européen (peinture, roman, musique, etc.) apparaît comme une course de relais où les différentes nations se passent, de l’une à l’autre, le même témoin. La polyphonie connaît ses débuts en France, continue son évolution en Italie, atteint une incroyable complexité aux Pays-Bas et trouve son apogée en Allemagne, dans l’oeuvre de Bach ; l’essor du roman anglais du XVIIIe siècle est suivi par l’époque du roman français, etc. Le dynamisme et le long souffle de l’histoire des arts européens sont inconcevables sans l’existence des nations dont les expériences diverses constituent un inépuisable réservoir d’inspiration.  » Milan Kundera – Die Weltliteratur – Le maximum de diversité dans le minimum d’espace – 2005

  2. « Caricature grossière » « pensée simpliste » un peu d’humilité… en réponse à Daniel Sango. Pour ce qui concerne « les idées mènent le monde » c’est un expert qui aurait sa place à Pau si on sortait -ce qui est improbable- de la cérémonie vérouillée d’autocélébration que l’on nous inflige tous les ans. Vous savez bien pourquoi il n’y sera jamais invité… Ne faîtes pas semblant…

  3. « Délestée de son aura, celle des fins dernières, l’Europe réduite à ses astreintes budgétaires ne fait plus soupirer mais grincer. Les chiffres ont pris les commandes, le Livre des comptes devient le Livre Saint, et l’expert-comptable, un haut dignitaire. Problème. Ce qui était au départ une naïveté d’économiste accréditée et renflouée par un reste de foi traditionnelle et populaire tourne au hobby des professionnels de la profession, économistes et juristes. Les mobinautes multipasseports des centres-villes qui mangent bio et prennent l’avion carbonifère continuent d’adhérer, c’est le sort des éponges, mais “les gens qui fument des clopes et roulent au diesel” (selon les termes d’un ministre très “européen”) désertent les lieux de culte et de vote. Les nantis aussi ont droit à un coin de ciel bleu mais Tartempion,
    lui, décroche. (…) »

    Régis Debray « L’Europe fantôme »

    1. Caricature grossière.
      Quelle pensée simpliste …
      Bien évidemment Régis Debray ne sera pas invité à Pau …normal, ses idées ne mènent pas le monde…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s