Il faut sauver le soldat Habib !

imagesDepuis maintenant une semaine, le journal Sud Ouest a publié les résultats d’un sondage de l’IFOP, faisant apparaître que David Habib n’arrivait qu’en seconde place, après François Bayrou, à l’élection municipale de Pau. Alors les grands moyens sont mis en place. Même Jean-Marc Ayrault, premier ministre, fait le déplacement.

 Il faut souligner fort justement que l’écart est minime, pensez-donc, 29% pour François Bayrou au premier tour contre 27% à David Habib. Et nous n’en sommes qu’au début d’une campagne électorale qui promet d’être ardente et passionnée.

Face à ces résultats, chacun des candidats, à l’exception de François Bayrou évidemment, s’applique à en relativiser la portée.  D’autant que le second tour se jouerait dans un petit mouchoir de poche à un point d’écart (42 contre 41).

Alors devant des municipales qui, sur le plan national, s’annoncent particulièrement difficiles pour la gauche et plus particulièrement pour le PS, le premier ministre se déplace et le programme de sa visite revêt un caractère fort symbolique.

Il n’échappe à personne, pas même à David Habib qui le reconnaît volontiers, qu’il s’agit là d’une sorte de coup de pouce en faveur du candidat socialiste. Lorsqu’on s’attarde à regarder le programme, on constate que Jean-Marc Ayrault va à Lacq dans un premier temps et vient ensuite à Pau. Il va chercher David Habib sur ses terres de la communauté des communes de Lacq, pour le conduire sur les terres paloises, tout un symbole, vous dit-on !

Alors si même le premier ministre s’en mêle, c’est que l’enjeu est au moins aussi important que l’est notre bonne ville de Pau.

                                                                                             Pau, le 22 novembre 2013

 Par Joël Braud