La mule et l’intello (7) : Journée-repos à Cal Paï et traversée de la Cerdagne

Cal Paï : Musica !
Cal Paï : Musica !

22 août au soir – Françoise Massot tient le gîte de Cal Paï depuis de longues années. Elle maîtrise son sujet. Sa marque de fabrique : l’authentique. Atmosphère vieux bois, vieilles pierres, nourriture bio et musique latino. 

Pour l’équipage fatigué, Cal Paï, c’est le paradis. A tel point que décision est prise d’y faire un « break » et d’y passer une journée entière afin de reposer les troupes, laver le linge, sécher les chaussures et enfin pouvoir se raser à l’eau chaude dans un lavabo avec bouchon. La randonnée rend aux choses leur juste prix !

A 19 h, devant le vieille ferme, nous avons droit, autour d’un apéritif, à un récital tenu par un duo inespéré en ces lieux. Il s’agit d’amis de Françoise : lui est guitariste, elle, née à Madagascar, rappelle immédiatement, dès ses premières intonations et son allure, Cesaria Evora, la diva du Fado. S’ensuit une heure de grands classiques latinos mélangeant musique des caraïbes, des pianos-bar de Lisbonne ou des casetas des férias de Malaga et de Séville. Ce soir-là, il y avait de la magie dans l’air à Cal Paï. L’orage du matin était bien loin.

A 20 h (précise car, l’heure, c’est l’heure chez Françoise Massot), nous dînons d’une « soupe au potiron bio », d’un « crumbel d’agneau » et terminons avec une « pastèque aux groseilles et menthe ». Et comme, il fallait une suite à ces bons moments, le petit déjeuner du lendemain, permettra de déguster des confitures faites maison, uniques en leur genre : gelée de sureau, gratte-cul, rhubarbe, pêche-menthe, banane-gingembre. Passons sur les tartes maison ou la crème fraiche du paysan… On l’aura compris, Cal Paï est une adresse incontournable au cœur de la Cerdagne.

Pour occuper le lendemain, journée de repos, l’intello file passer de longues heures avec les ornithologues qui comptent les passages de rapaces au « spot d’Eyne ». C’est le temps des migrations du nord vers le sud. La chaîne pyrénéenne est traversée en deux endroits « bas » à ses deux extrémités : à Eyne et au col d’Organbidexka en Pays Basque.

Ce jour-là, François, le responsable du site est épaulé par 6 « compteurs », tous des bénévoles : un français, deux hollandais et trois catalans espagnols. Pas un rapace ne leur échappe. Entre 10 h et 15 h, 1560 bondrées apivores seront comptées (un record pour le « spot »), quelques circaètes Jean le Blanc, des milans noirs, précurseurs de la grande migration à venir. Les vautours fauves, des autochtones ceux-là, font des allers et retours au-dessus de nous.

Le site dominant la plaine. On voit, circuler au loin le célèbre train jaune, les installations de Font Romeu ou encore, le four solaire d’Odeillo. Un bon moment de détente.

Retour à Cal Paï, récupération du linge sec, préparation du sac. La Mule craint à nouveau le pire. Elle a somnolé toute la journée dans les prés autour du gite. Trop cool. Un ultime dîner, une bonne nuit et le lendemain, 24 août, départ pour traverser dans le sens de la largeur la Cerdagne. Objectif : le lac des Bouillouses et le refuge CAF situé à coté : 17 kilomètres à parcourir. Une étape tranquille.

Il s’agit de commencer par 242 m de dénivelé descendant jusqu’à Bolquère où l’on voit toute la « puissance de feu financière » de la bourgeoisie catalane espagnole qui s’y fait construire des chalets en bois massifs. On se croirait en Suisse !

A Bolquère, 640 m de dénivelé grimpant nous attendent. Un panneau annonce que, par le GR 10, Banyuls est à 155 kms et Hendaye à 715. Une paille !

A partir de Bolquère, je chemine dans de larges voies forestières. La forêt est très belle. Sous mes bâtons, un magnifique cèpe se « fait pièger ». Je charge la mule en espérant qu’au refuge, ils voudront bien le cuire en omelette.

La marche est rapide jusqu’au premier lac, l’Estany de la Pradella, qui préfigure les Bouillouses. A l’Estany, la foule des touristes circule parmi les chevaux qui sont au bord de l’eau. Depuis Banyuls, en dehors du Boulou, je n’avais pas vu de touristes mais seulement des randonneurs. Ceux-là, on les reconnaît de suite. Leur gros sacs les trahissent.

Le refuge du CAF est vite atteint. Le local est bien placé avec une vue magnifique sur les Bouillouses dominées par le Puig Carlit. J’ai une bonne chambre pour moi seul. Après réflexion, les repas étant les même pour tous dans les refuges, je préfère offrir mon cèpe au gérant qui, en retour, m’invite à l’apéro. Sympa…

Par contre, le repas est décevant avec une soupe, provenant très probablement de « bricks », des lasagnes et une tarte aux myrtilles industrielle. Un groupe d’Espagnols présent n’y touche même pas. Je mange ma part. Il me faut des calories pour compenser les heures de marches. J’ai d’ailleurs l’impression que les responsables de refuges et de gîtes ne prennent pas toujours en compte ce besoin de compenser des gros marcheurs. Les portions sont souvent trop réduites.

Comme toujours, je suis au lit, dès 21h30. Une journée de transition facile vient de s’achever. Demain, l’ambiance sera très différente avec, la montée du Puig Carlit, pic qui est le plus haut des Pyrénées-Orientales (2921 m) et, une étape de 28 kilomètres pour atteindre l’Hospitalet-près-l’Andorre. Après 9 jours, je vais quitter les Pyrénées orientales et (enfin) entrer en Ariège.

– par Bernard Boutin

Pour le diaporama de l’étape : C’est ICI

Les cartes des 15 étapes : C’est ICI

La mule et l’intello (6) : Orage sur la crête frontalière, calme dans la vallée d’Eyne

DSCF2611
Orage au Pic de Noufonts

22 août –  Grosse journée en vue. A nouveau. Le GPS annonce plus de 1000 m de dénivelé et 23 kilomètres de marche. Mais plus encore, c’est l’altitude de la « course » qui inquiète. Plus de 2h30 doivent se passer en ligne de crête frontalière entre 2650 et 2850 m avec à la clef le pic Superior de la Vaca (2826 m),  le col de No Ceus (Les 9 croix – 2792 m), le pic de Nou Creus (2799 m), puis le pic de Noufonts (2861 m) avant d’arriver au Col d’Eyne (2683 m) et les 10 kilomètres de descente qui vont suivre pour atteindre le gîte Cal Paï au village d’Eyne. L’ambiance est à la concentration. Par soucis de sécurité, je me joins à 3 randonneurs qui font le même circuit.  Le ciel est « plombé ».

Après 1h30 de marche, la poisse nous tombe dessus : pluie, vent, grésil, brouillard et orage et cela durera, comme un fait exprès, jusqu’au col d’Eyne ! Nous sortons l’attirail : gant, serres-tête, poncho, couvre-sac, rentrons la tête dans les épaules et marchons le nez « dans le guidon ».

Il ne faut pas longtemps pour que l’eau clapote dans les chaussures. Le chemin est très peu balisé. Les alternatives nombreuses. Pour les 3 randonneurs auxquels je me suis joins, il était impossible, afin de s’orienter, de sortir la carte au 25 millième, l’altimètre et la boussole. Trop de vent, trop de pluie.

De suiveur,  je passe, aidé par le GPS, en position « leader » et, sans difficulté trace la voie dans un parcours pas évident. Les « 3 » ont tendance à décrocher. Je suis plutôt à l’aise dans cette ambiance hostile. Un challenge nouveau.

Au moment d’attaquer la dernière difficulté, le pic de Noufonts (en fait un petit promontoire que le brouillard rend impressionnant), l’un des randonneurs est prêt de lâcher prise : « Encore monter ! » s’exclame-t-il. Heureusement, que l’un d’entre eux connaît de mémoire le topo du guide Trans’Pyr. Il acquiesce à tous mes choix et rend l’avancée plus simple.

Un grand regret toutefois, nous n’avons, à aucun moment, pu apprécier les points de vue différents que l’altitude permettait tant du côté français qu’espagnol. Cela fait deux fois que les intempéries contrarient ma traversée.

Nous arrivons enfin au col d’Eyne. L’orage s’éloigne. Nous mangeons debout, le sol étant trop humide. Enfin, un répit. Le soleil y met du sien et apparait.

La trace du GPS, bien programmée, nous aura beaucoup simplifié la marche, évité des questionnements sans fin et amené au col facilement. Combien d’heures de gagnées !

L’intello se félicite du choix qu’il a fait d’apprendre à programmer un GPS pendant que l’âne, lui pense plutôt à manger, se réchauffer et se sécher. Plus tard, l’intello enverra un SMS de remerciements à Mariano, le « roi du topo »  qui l’a initié au GPS.

La descente dans la très belle vallée d’Eyne se fait dans le calme. L’orage est loin. Le soleil reprend sa place. Entre biodiversité florale, marmottes et isards, tout est là pour nous faire oublier l’évènement climatique du début de la journée.

– par Bernard Boutin

Pour le diaporama : c’est ICI