Je vous ai compris !

imgresAu lendemain d’élections régionales qui ont donné la chair de poule à certains et en définitive dont les résultats n’ont enthousiasmé aucun, les politiques vont tous nous dire qu’ils ont compris le message des citoyens. Mais qu’ont-ils compris réellement ?

Les électeurs votant ou s’abstenant d’une façon que l’on pourrait croire très organisée ont lancé un coup de semonce particulièrement éloquent en direction des gestionnaires du pays. Le mécontentement accompagné d’une forme de menace est clairement affiché. La classe politique devrait à l’évidence se sentir disqualifiée, déconsidérée, discréditée, eh bien non, elle est encore capable de se remettre en selle et de nous faire les plus belles déclarations comme s’il ne s’était en définitive rien passé d’important.

Le « Je vous ai compris » du Général de Gaulle au soir du 4 juin 1958, lancé depuis le balcon du gouvernement général, à une foule rassemblée place du Forum à Alger, a inspiré un certain leader de parti puisqu’il l’a repris sans aucune vergogne au soir du second tour.

De Gaulle était un homme d’État qui, en certaines circonstances, savait se rabaisser au niveau de l’homme politique. Justement lorsqu’il manquait d’inspiration ou lorsqu’il fallait ne déplaire à personne, il savait opportunément user de la langue de bois. Ne pas déplaire constitue la principale préoccupation de nos hommes politiques.

Le problème c’est que nul n’a jamais compris ce que le Général de Gaulle avait compris. A quel peuple d’Algérie s’adressait-il ? Nourrissait-il vraiment l’ambition de rassembler ceux qui étaient devenus des ennemis ?

Sans oser affirmer que les circonstances sont les mêmes par leur gravité, en 1958 il y avait plus que de l’insurrection mais un état de guerre ; aujourd’hui les citoyens français demandent qu’on les comprenne, qu’on entende leur volonté. Une volonté de réforme, la volonté d’une autre conception de la gouvernance du pays. Le souhait que la France soit organisée à l’exemple des autres pays d’Europe avec moins d’élus ; un regroupement des communes parvenant enfin à une diminution drastique et effective du nombre de celles-ci ; une disparition des départements comme l’engagement en avait été pris ; une réduction de deux tiers du nombre des élus des régions, du Sénat et de l’Assemblée nationale ; Le non cumul et non renouvellement des mandats ; la disparition de tous ces comités théodule qui n’ont d’autre utilité que de caser les petits copains.Voilà pour l’organisation administrative du pays.

Pour ce qui est de la gestion des affaires de la Nation, il faudra parvenir à diminuer les dépenses, faire en sorte que les budgets soient équilibrés ; que par une réforme en profondeur, les impôts soient organisés autrement, avec plus d’équité ; que l’endettement du pays soit stoppé ; que le chômage puisse enfin baisser. Enfin que tout cela se fasse dans la transparence comme l’exige le plus élémentaire principe démocratique.

Vaste programme qu’aucun homme politique, du moins de l’envergure de ceux qui sont sur le devant la scène actuellement, n’est capable de mener à terme. Et comme l’homme providentiel n’existe pas, très prochainement ceux qui aujourd’hui nous disent qu’ils nous ont compris, oublieront et éviteront avec un soin appliqué de préciser ce qu’ils ont compris. Alors dans les conseils régionaux, comme lors de la dernière mandature, une augmentation substantielle des indemnités des conseillers sera votée à l’unanimité et il ne nous restera plus que le souvenir d’un moment de colère.

Sic transit gloria mundi.

Pau, le 15 décembre 2015

par Joël Braud