Pau, la disparition des casetas du grand prix

Depuis maintenant sept ans, à l’occasion des grands prix automobiles de Pau, l’ACBB (Automobile club béarno-basque) organise les casetas . Cette manifestation se déroulait place Royale et, pour la première année en 2017, elle a migré vers la place Clemenceau. Mais voilà que sur l’air de « pousse-toi de là que je m’y mette » la mairie a décidé de créer « Une place gourmande du grand prix de Pau ».

Lorsque l’on va sur le site de la ville de Pau, on peut lire : « Place Clemenceau « La place gourmande du grand prix de Pau », 12 jours et soirées  de fête, repas, tapas et animation musicale. La Place gourmande animera le centre-ville : dans l’esprit des casetas, la place Clemenceau deviendra l’espace incontournable, festif et accessible, dans le respect des règles de sécurité et des tranquillités (sic) nocturnes. Un menu à prix unique de 15 euros, différent sous chaque enseigne, sera proposé midi et soir dès 11 h. En semaine, fermeture des espaces à 23 h 30, repoussée à 1 h les vendredis, samedis et veilles de jours fériés. Les grands prix dureront du 10 au 21 mai.»

A partir de là chacun peut se demander quel rôle va jouer maintenant l’ACBB dans un événement, « Les Casetas du grand prix de Pau » (12 tentes), qui lui appartenait puisqu’il en était l’initiateur et le gestionnaire. Se demander également si cette « dépossession » s’est faite après que l’ACBB a été préalablement consulté eu égard à son expérience et son savoir-faire. Il avait pourtant répondu à l’appel à projet mais n’a pas été retenu. Il eut été dans la logique que la ville de Pau propose à l’ACBB de lui « racheter » cet événement, peut-être que celui-ci ne s’y serait pas opposé. Mais les décideurs de la ville n’ont pas eu cette élégance. Exit donc l’ACBB.

Fin 2017, la ville a lancé un appel à projet pour créer cette « place gourmande du grand prix de Pau ». Notez au passage qu’il a été soigneusement évité de reprendre un terme qui aurait pu faire allusion aux casetas du grand prix. Mais un appel à projet au caractère un peu particulier puisqu’il s’est fait selon « une procédure adaptée ». Ce qui veut dire que les candidatures et le choix n’ont pas été soumis au conseil municipal. Il aurait été quand même regrettable que l’opposition puisse y fourrer son nez. C’est donc l’entreprise Créa-Sud Communication qui a été choisie.

Au conseil municipal du 26 mars 2018 (délibération n° 32) il a été annoncé que « un appel à projet a été effectué pour l’attribution d’un titre d’occupation d’un espace de 2804 m² situé sur la place Clemenceau pour l’organisation d’un espace de restauration – animation, du vendredi 11 au dimanche 20 mai 2018 inclus. […]A l’issue de la procédure de sélection, il s’avère que le projet proposé par la société Créasud Communication, […] répond le mieux aux critères formulés dans le dossier de consultation. En contrepartie […] l’occupant s’engage à verser à la Ville de Pau, une redevance d’un montant de 600€ par jour d’occupation […] L’occupant versera également une redevance variable d’un montant égal à 12% du chiffre d’affaire généré par la manifestation.» Il est seulement demandé au conseil municipal d’approuver le montant de la redevance variable et pas de se prononcer sur le choix du candidat. Lors de cette même séance, a été approuvée l’attribution d’une subvention (2500€) à l’ACBB pour projet de prévention sur le risque routier en milieu professionnel (délibération n° 14). Mais cela est un autre dossier.

On peut aussi s’interroger sur le rôle que jouait jusque là l’ACBB dans cette activité. Comme il a déjà été dit cela fait sept ans que cette association gère les casetas. Il ne bénéficiait pour cela d’aucune subvention de la ville de Pau. Cependant il payait les taxes d’occupation du domaine public (600 € par jour) et autres ordures ménagères. Ah si, il faut le dire, la ville fournissait le matériel et l’électricité. Rappelons pour ceux qui l’ignoreraient encore que l’ACBB agit dans ce que l’on pourrait qualifier d’intérêt général. En effet il a pour objet de sensibiliser le citoyen sur les problèmes de sécurité routière et pour la prévention des risques liés à l’automobile. Les casetas lui offraient l’opportunité de dégager quelques excédents budgétaires, entièrement consacrés à la mission de sécurité routière.

Aucun égard, aucune délicatesse pour l’ACBB gestionnaire de cette manifestation depuis sept ans. On trouve quelqu’un d’autre, on le remplace. Son expérience, le fait qu’il s’agisse d’une association à but non lucratif qui poursuit un objet d’intérêt général, la sécurité routière, n’entre pas en ligne de compte. On lui préfère une entreprise privée. Le fait du prince…

Pau, le 4 mai 2018

par Joël Braud

Crédit photo : la République des Pyrénées