François Bayrou ne sera pas Président

bayrouLes candidatures pour les présidentielles sont maintenant un peu clarifiées. Reste un point d’interrogation, la candidature de notre Maire de Pau : ira ira pas ? Une chose est sûre, il ne sera pas Président.

François Bayrou fait durer le suspense. Comme j’ai eu l’occasion de l’écrire, cette attitude montre à quel point ce sont les calculs politiciens qui mènent sa réflexion. Il en profite pour exister médiatiquement, bien piètre consolation.

Ce qui me frappe avant tout, c’est l’incroyable solitude du Maire de Pau. N’êtes vous pas étonné de ne voir aucune personnalité, aucun élu, même dans les Pyrénées Atlantiques, demander voire soutenir une candidature Bayrou ?  Pire, que dit et que fait le MoDem ? Aucun responsable pour prendre la parole et encore moins pour répondre à des questions de programme présidentiel. Evidemment ne parlons pas de primaire ou simplement d’avis des militants dans ce micro-parti.

Le MoDem existe-t-il encore ? Ses militants y ont-il la parole ? Y a-t-il encore des militants au MoDem ? Rien, silence radio, comme si le MoDem n’existait pas, ce qui est sans doute le cas. Ceci confirme le fonctionnement autocratique de notre démocrate palois, mais cela a aussi un inconvénient majeur, la candidature Bayrou n’a pas de support, pas de soutient.

Ayant fait le choix de ne pas pencher vers Fillon qui pourtant est soutenu par son ami Juppé, François Bayrou voit aujourd’hui le centre, enfin, le ni gauche ni droite occupé par l’OVNI Macron, dont le programme reste pourtant inconnu. Et pas d’espoir d’une alliance entre égaux car la dynamique est du côté de la jeunesse et Bayrou représente cette classe de vieux politiciens professionnels prêt à tout pour exister, ce que combattent les supporters de Macron.

Le danger premier pour Bayrou est le risque financier. Moins de 5% il règle l’addition, plusieurs millions… A moins que le MoDem participe s’il en a les moyens. Et aujourd’hui, les sondages donnent Bayrou à 5% …

Il semble en plus que ces 5% sont loin de constituer un socle fixe. Ces électeurs tentés aujourd’hui par Bayrou, dans la virtualité des sondages vont être confrontés à un choix bien différent devant l’urne. En effet, au premier tour il leur faudra voter utile entre Fillon et Macron celui qui battra Marine Le Pen au second tour. Et là, François Bayrou sera complètement oublié. L’addition suivra.

Il ne lui reste plus qu’a négocier un accord a minima avec Macron ou trouver des sponsors pour une dernière candidature suicidaire…

Ce qui est sûr, c’est qu’il ne sera pas Président, alors à quoi bon?

Daniel Sango

Crédit photo : chribactu.blogs.nouvelobs.com

Il n’y a pas que les étoiles qui brillent dans le ciel.

shérifJe ne suis guère étonnée d’apprendre le soutien de l’acteur réalisateur etc etc … cow-boy et amateur d’armes qu’est Clint Eastwood pour le candidat Donald Trump … qui, s’il n’a rien d’un artiste, lui, semble avoir les qualités d’un comédien qui ne sont plus à prouver, redoutables ces dernières. Un homme d’affaires ou affairiste milliardaire dont la vantardise à ce sujet est hors pair. Un carriériste en somme dont l’arrogance mais s’il n’y avait qu’elle, décoiffe en donnant de lui l’image d’un homme dont l’ambition s’avère démesurée, au point qu’il souhaite prendre du pays où il est né, les destinées.
J’ai une approche particulière pour Clint Eastwood car loin d’être ce macho qu’il tente vainement de nous faire croire, il doit être ou devait être un homme d’une modestie sentimentale rare, dans ce sens où comme beaucoup d’entre nous, il lui fut difficile d’exprimer des sentiments refoulés depuis trop longtemps, un être discret demeurant secret le plus souvent sur sa vie privée … du moins c’est ainsi que je me le représente, un acteur et réalisateur de films touchants, d’une sensibilité parfois exacerbée pour cet être taciturne souvent. Un paradoxe chez cet homme qui aime les armes et qui pourtant dans nombre de ses films représente la tendresse et l’amour de son prochain avec beaucoup d’élégance et de maintien. Mais certes, je peux me tromper.

Après cette analyse du sujet en question, je dois bien reconnaître que je suis néanmoins très déçue par la volonté de Clint Eastwood, s’étiolant dans le firmament, à endosser à présent son costume de dur à cuir suffisant afin de prêter main forte au candidat Trump dont l’aptitude à provoquer outrancièrement pour ce personnage à la carrière surfaite, à la stature réactionnaire, n’est plus à démontrer … Qui sait le gardien de vaches, riche terrien et adorateur d’armes à feu qu’est l’acteur de westerns connus et qui, n’en doutons pas, s’est fait tout seul aussi, voit-il en Donald Trump ce shérif dont une Amérique, nostalgique d’un certain passé, a toujours rêvé … le redresseur de torts que Clint lui-même interpréta dans nombre de ses films, un homme, un vrai … viril, une élite, brillante dans le monde cinématographique … tireur à ses heures, ombrageux, le doigt toujours appuyé sur la gâchette, prêt à occire son ennemi juré en défendant la veuve et l’orphelin au péril de sa vie, si sûr de lui … seulement voilà dans le cas présent, concernant Donald Trump, présomptueux, le regard malicieux sur un visage poupin, gît un de ces personnages surgi d’un autre âge et qui ne ressemble en rien à cet interprète du bonheur que certains aux States souhaitent voir accéder au pouvoir car ce dernier tend à ressembler plus à ce bouffon baratineur dont les propos équivoques et insalubres lors de ses shows, donnent des hauts le cœur.

Mais le choix demeure pour un peuple dont la fierté n’est pas là encore à démontrer … un peuple ami, les Etats-Unis d’Amérique, celui d’un pays grandiose dont le côté excentrique a son chic qui choque quelques fois … un pays dont beaucoup vantent les libertés chèrement acquises au fil des siècles, un pays dont l’originalité tient du fait de sa grande diversité, sociale et culturelle … mais c’est surtout un pays si plein de charme tandis qu’il ne brandit pas les armes hormis dans les salles de cinéma où quelques fois coulent des larmes.

 

Samie Louve.

Échéance ou déchéance, l’avenir nous le dira !

calendrierIl nous faudra bien du courage pour nous rendre dans l’isoloir durant les élections présidentielles … cruel dilemme … afin de choisir celle ou celui à qui nous confierons le pouvoir mais plus encore, nos destins !
Mon cœur s’il demeure fidèle au courant politique que je fis mien … depuis très loin … n’en est pas moins à s’interroger sur ce futur revêtant diverses allures autour de candidats ayant fait ou non le choix de se présenter ! Un futur qui ne me dit rien tant je crains de cette politique menée depuis de longues années par ceux-là ayant préféré exercer le pouvoir en négligeant leurs devoirs … allant jusqu’à les délaisser pour certain ne pensant qu’à engranger du grain (que nous leur offrons) pour nous laisser les miettes et ce, durant cinq années de leur présence à l’Elysée … comme vers ceux-là qui en désespoir de cause chausseront les starting-blocks les lançant vers la primaire … sans se douter qu’être Président de tous les Français, ce n’est pas une mince affaire !
Et puis, il y a les autres, ceux souhaitant faire barrage aux concurrents de tous horizons … comme si être Président cela peut être comparé au Roi Léon assis sur son trône à nous regarder faire les cons !
Sur Sarkozy dont le bilan ne fut guère brillant après son mandat de président, c’est le moins que l’on peut en dire … il ne fera pas mieux si ce n’est pire d’autant que comme il le prétend … « Israël est le combat de sa vie »… alors si Israël est le combat de sa vie … que fait-il ici … nous sommes en droit de nous le demander et de le déclasser avant même qu’il ne fasse le choix de se (re)présenter, lui qui s’aigrit dès que quelqu’un le contrarie.
Sur Juppé, l’ennemi juré de ce dernier … dont le profil n’est plus à faire puisqu’il y a longtemps qu’il est dans les affaires, politiques … il semble avoir ôté le masque du retraité pépère qui ne risque pas d’être en galère puisqu’il est plusieurs fois retraité et touche un gros paquet du fait de toutes ces fonctions passées … comme cumulard y’a pas mieux à la tête de notre pays si des fois il nous prenait l’envie de voter pour lui !
Marine Le Pen elle a su y faire en éjectant son vieux père et dédiaboliser son petit monde de troublantes affaires où nous faire prendre des vessies pour des lanternes est ce qu’elle sait faire de mieux tout en prenant à témoin le bon Dieu !
Pour Mélenchon, ron-ron petit patapon, nul ne peut désavouer sa culture et son discours intellectuel qui lui vaut d’être un concurrent potentiel de ceux-là qui après nous avoir mis sur la paille … pensent que le petit peuple … ça baille et ça maille !
Pour les écolos pas encore de populo à franchir le cap … ils attendent sans doute du ciel qu’il fasse des merveilles !
Bref, dans ce méli-mélo de femmes et d’hommes ayant revêtu le costume de gouvernant avant l’heure, demeure notre actuel Président, son aspect pépère et bedonnant critiqué tant de fois … lui qui dès la fin de l’année aura décidé … ce que je crois … de nous présider une nouvelle fois ! Je sais, et parce que je sais ce que je sais, viendra le temps où à mon tour je déciderai de ce qu’il convient de voter … et pour qui ira ce petit billet … qui sera celle ou celui qui aura ma faveur et le droit de me représenter … mais comme je l’ai dit, ce n’est pas encore l’heure.

Samie Louve.