Le printemps

Le printemps voit le jour sous peu et sous nos yeux des enfants meurent, eux qui représentent le printemps de nos vies … des vies chargées d’histoires, les unes chagrins pour quelques-uns se contentant d’un maigre destin quand d’autres s’amusent d’elles les croyant éternelles.

Celles de nos enfants elles, se situent pour les uns dans les ruelles, des mères assises à leur côté. Les enfants tendent la main, souriant tout comme elle le fait, pour une miche de pain un bol de lait ou quelques pièces usagées ne signifiant rien. D’autres esseulés après avoir fait une longue traversée se retrouvent sans cette tendresse maternelle, n’attendant plus rien d’une enfance qu’ils ont perdue en chemin. Et puis il y a les enfants désormais désœuvrés, brimbalés tels des objets, leurs larmes enfouies à jamais sous une carcasse malingre et décharnée après avoir connu la guerre et ses misères. Ces rescapés sans père ni mère, sans pays, ignorant les frontières et qui, je l’espère seront recueillis par des familles hospitalières.

D’autres parmi eux, devenus grands, refont le chemin de croix, se souviennent, se penchent sur leur enfance qu’ils n’ont jamais connue, retenant d’elle les salissures que des adultes ont déposé sur leurs jeunes corps tandis que ces derniers en abusaient. Et malgré les années, malgré les efforts, malgré les remords qu’ils ont fait leurs, souhaitant échapper à ces horreurs, peut-être pourront-ils croire à nouveau au bonheur !

Et puis il y a cette enfance qui nous quitte trop tôt, pour cause de maladie, celle qui choisit d’écourter sa vie pour cause de mal-être dans une société avide de paraître, soucieuse d’une seule image, de celle qui doit se conformer aux choix d’une société moutonnière et arriérée, n’acceptant pas d’évoluer. Une enfance subissant les outrages, les médisances et autres violences indignes d’un être humain envers son autre, son prochain.

Et hélas, il y a cette enfance, une toute première jeunesse … celle que l’on assassine pour trois fois rien, un téléphone portable, quelques billets ou une montre … celle qui ne connaîtra du printemps que le souvenir qu’elle s’en fait tandis que les secours tentent de la ranimer et que sa jeune vie s’écoule toute tracée, si vite, désordonnée, laconique … déversant quelques mots sans doute le long de cette route où s’achèvera son destin, dans un souffle, le dernier, elle le sait.
Je suis attristée …

Bien à vous.

Samie Louve

Le monde est fou ? Le croyez-vous vraiment !

imageJe ne voulais pas le croire en écoutant s’égrener cette actualité me parvenant d’une radio connue et ce qu’elle énonçait à mon oreille et pourtant. Le journaliste narrait quelques accidents de ce genre se passant en Chine. J’ai souri, me suis dit que cela devait être impossible, n’en croyant pas mes oreilles et ce qu’elles absorbaient et pourtant, j’insiste sur ce … et pourtant car plus j’écoutais plus j’étais ébahie, j’avais beau écarquiller les yeux, souffler mon indignation, imaginer l’incroyable, la démence, que sais-je encore… l’abominable, le renversant, l’effroyable… je n’en revenais toujours pas de ce qui dépasse l’imagination… et qui se passe en pays chinois, parfois !
Je ne suis pas allée vérifier sur place, vous pensez bien, la Chine n’étant pas la porte à côté, cependant que je visitais quelques pages sur internet tant ma curiosité était la plus forte. Je fus horrifiée au fur et à mesure de ma lecture face à ce qui à mes yeux est une forfaiture, que dis-je, un crime, l’horreur dans un pays qui selon ses dires est celui de l’honneur. « Une civilisation des plus anciennes au monde, d’une culture avancée, devançant le reste du monde dans de nombreux domaines » déjà au temps des dynasties et depuis la Chine moderne. Bref, un beau pays aux vastes paysages, très diversifiés, une grande population entraînant une forte croissance démographique, entraînant à son tour et dans les années 70 une limitation des naissances afin de réduire la taille des familles urbaines.
Ceci étant, je pense que ceci expliquant cela … je me dis au fond qu’une certaine catégorie de la population chinoise inventa à sa manière une autre façon de limiter la croissance en abrégeant ainsi des existences. Je m’explique. Figurez-vous que ces messieurs-dames les automobilistes chinois ne trouvent rien de mieux que d’occire après les avoir percutés rudement les piétons ayant eu la mauvaise idée de se trouver sur leurs chemins. Cela s’appelle des accidents-meurtres. Pourquoi font-ils cela, et bien tout simplement parce que là-bas en pays chinois, on préfère finir sa victime plutôt que d’avoir à indemniser toute sa vie cette dernière alors qu’elle risque de devenir une personne handicapée ! Autrement dit, payer un mort revient moins cher que de s’occuper toute sa vie d’un vivant éclopé ! Et les exemples ne manquent pas de ce sinistre caca… (c’est pour la rime)… et figurez-vous qu’ils ont même inventé un adage, chinois bien sûr, disant que «mieux vaut renverser et tuer, que renverser et blesser » … vous le croyez vous ?
Et bien c’est réel de chez réel !!!!!
Voyez le cas de cette femme au volant de sa BMW, roulant à vive allure et percutant une fillette de deux ans dans une province chinoise du nom de Guangdong, achevant la petite en lui roulant sur la tête tandis que la grand-mère du bébé hurle son désespoir et que la femme-meurtrière sort de sa voiture et lui propose de l’argent… vous le croyez vous …
et que dites-vous de ce qui se passa en 2010, à Xinyi, sous l’œil d’une vidéosurveillance filmant un jeune homme fortuné sortir en marche arrière sa BMW X6 d’une place de parking. Après avoir renversé un bambin de 3 ans tombé au sol, il lui roule sur le crâne puis repart en marche avant et écrase une nouvelle fois l’enfant. Puis de la marche avant va en arrière après être sorti de sa voiture, la guidant à la main puis rouler encore sur le corps en charpie de l’enfant. Vous le croyez ça ? Et histoire de se rassurer sur la mort de l’enfant, en partant l’homme écrasera une nouvelle fois le bambin !
Petite condamnation (homicide accidentel) pour le meurtrier qui dira au tribunal qu’il pensait avoir roulé sur une poubelle.
Et des exemples il y en a tout plein comme ceux-là avec des personnes plus ou moins âgées, des vieillards ayant décidé de vivre tard… mais qui hélas croisent la mort un jour de hasard ! Il arrive cependant que des familles après autant d’horreur et de cruauté rendent la justice elles-mêmes…
Il est dit que des réformes législatives sont en cours… qu’en est-il de ceux-là qui sont morts et de leurs familles dans la douleur, seront-ils jamais indemnisés, l’histoire ne le dit pas… Et ces réformes, si elles voient le jour, empêcheront-elles les sinistres individus de mettre un terme aux accidents-meurtres qui sont les leurs ?
Bien à vous.

Samie Louve

La manif pour eux et seulement pour eux !

ange-sourire-reimsJusqu’où est capable d’aller l’être humain afin de partager ses folles convictions, en entraînant dans ses pas, afin d’assouvir ses passions, ceux des enfants posés sur les siens en usant de blablas et leurs odieux désidératas … durant les guerres, ou les manifestations publiques où, hystériques, les adultes mettent leurs bambins en avant, parfois en péril, afin de convaincre la majorité silencieuse, que leurs actions, bien que périlleuses, échappant à l’entendement des enfants, servira une cause insufflée par des militants qui ne sont autres que papa et/ou maman ou les deux à la fois … eux qui auront pris leurs chérubins pour des pantins, pourquoi pas des appâts …

A ces revendications seules susceptibles de convaincre l’ensemble de notre société qui, sous le spectacle désolant de rejetons ivres de joie de faire plaisir à leurs parents, toutes et tous réunis dans un fol élan, se persuadant de l’évidence des actions qu’ils mènent tambour battant à ce moment-là de la manifestation … contre le mariage homo par exemple ou à l’encontre de tout ce qui dans les gènes demeurent une gêne pour le rétrograde bassement averti que la seule raison, devenue une obsession, est celle juste et qu’il nous faut seule considérer dans un monde où la primeur est celle de voir évoluer chaque chose entre nous, et si possible, dans le respect de chacun, afin que nous puissions vivre en osmose !

Est-ce si normal que les enfants de parents manifestant pour tous, des mômes, si importants dans une famille dite traditionnelle, ayant pour parents, la seule femme, le seul homme capable de porter à leurs rayonnements, soi-disant, hissent ceux-là à qui ils souhaitent le bien-être, sur des abribus afin de dénoncer les coquins d’homosexuels apparentés à des pervers sexuels … et cet acte de bravoure, mis au goût du jour afin de dénoncer un mariage d’amour obtenu légalement par la voix d’un gouvernement veillant à ce que chacun trouve sa place, toutes et tous flanqués de ses différences dans notre beau pays de France !

Dites-moi, où se trouve la vérité tandis que papa maman, fiers de leur avorton, incitent ce dernier à parader quand ces mêmes parents souhaitant démontrer au monde entier que l’unique famille, celle perpétuée, auréolée, soudée par les voix de la spiritualité serait celle de deux genres différents assemblés et unis pour l’éternité au sein d’une église qui n’a pas la primauté ! Ces parents-là détiendraient-ils la vérité ?

Le Bonheur n’appartiendrait-il qu’à ces couples dits hétéros, vindicatifs et bornés dans un monde méli-mélo où se multiplient les ragots telles des hosties, victimes de salauds, elles que l’on avale après avoir tourné le dos …

Où aimer n’est plus affaire de sexualité mais bien de partager l’amour, le vrai, le seul, l’unique, sans le moindre préjugé !

Bien à vous.

Samie Louve