Pau, la gabegie en spectacle : folie au foirail

gabegie André Bayrou semble pris par une folie des grandeurs incompréhensible avec un programme de dépenses indécent car inutile. D’un autre côté François Bayrou se plaint de ne pouvoir boucler qu’avec difficulté le budget de la ville et de l’Agglomération, alors que les impôts locaux continuent d’augmenter et qu’ils sont parmi les plus élevés de France.

Dans les épisodes précédents nous avons vu que l’agglomération paloise étalait une gabegie effarante tant il existe de salles de spectacle inutilisées ( « Pau : la gabegie en spectacle«  ). Et nos élus, chacun dans sa commune, l’amplifient avec l’ouverture récente de la salle du centre culturel de Lons, et d’une nouvelle salle en construction à Jurançon !

Il faut rajouter à ce panorama incroyable le souhait du Maire de Pau de construire une nouvelle salle de 750 places couplée à 3 salles de cinéma au Foirail !

Ceci est d’autant plus ahurissant que même les organisateurs de spectacle confirment l’inutilité de toutes ces salles ! Après mon article du 7 Octobre 2015, c’est même le journal télévisé de 20h00 de la 2 qui a présenté cette gabegie dans l’agglomération paloise ! ( « Pau : la gabegie en spectacle, suite«  )

On aurait pu penser que la folie d’André Bayrou se serait un peu calmée vu ces prises de positions. Il n’en est rien, on apprend que la ville vient de lancer un appel à candidature (réponse avant le 16 mars) auprès des architectes pour désigner le Maître d’Oeuvre pour la réhabilitation du Foirail en centre culturel avec une salle de spectacle de 750 places et trois salles de cinéma !!!

Concernant les salles de spectacles à Pau, la liste de l’existant est tellement long que je ne pourrais tout citer.

Le Zénith tout d’abord dont la capacité va de 642 à 4418 places assises, jusqu’à 7500 places (dont 3202 assises) qui dispose de très nombreuses soirées où il est inutilisé.

Le Casino avec sa salle de 540 places vraiment très peu utilisée.

Les différentes scènes plus petites telles que le Théâtre Saragosse et ses 240 places et le très beau Saint-Louis du centre ville ou le petit Tam Tam, la MJC du Laü, et bien d’autres comme l’Espace Daniel Balavoine à Bizanos, le théâtre de verdure l’été, le tout proche Espace Culturel de Serres Castet…

Sans oublier les deux dernières salles de l’agglomération, l’Espace Chambaud de Lons inauguré récemment (300 places assises ou 900 debout) et la salle de Jurançon en cours de construction.

Et André Bayrou voudrait en plus construire une salle de 750 places au Foirail destinée à la diffusion de théâtre, musique symphonique et danse ! Bayrou c’est fou !

Côté cinéma, c’est tout aussi ubuesque.

Le Mega CGR Université dispose de 12 salles de 90 à 590 places (2500 fauteuils).

Le CGR Lescar, 9 salles jusqu’à 400 places (1583 fauteuils).

Le CGR Saint Louis, 7 salles de 73 à 246 places ( 892 fauteuil).

Le Méliès, 2 salles (430 fauteuils).

Il y a donc 30 salles de cinéma sur l’agglomération !

Et notre Maire dépensier voudrait construire au foirail trois salles pour le Méliès pour un coût total initial (on dit bien …initial) de 7,2 M€ ! Est-ce bien raisonnable ?

Tout d’abord, il faut savoir que les résultats du Méliès stagnent ou sont en baisse : 113 000 entrées en 2014, 105 000 en 2015 bien loin des records de ce cinéma. De plus, il ne survit que grâce aux fortes subventions de l’Agglomération et une mise à disposition gratuite des locaux par la Mairie de Pau (une concurrence déloyale avec le CGR quand on voit les similitudes dans une partie de la programmation, différenciée parfois par la seule VO).

Il existe une solution évidente et efficiente pour le maintien d’une programmation Art et Essais sur Pau : le transfert au CGR Saint-Louis de cette activité avec un cahier des charges analogue à celui de l’Association Ciné Ma Passion qui gère aujourd’hui le Méliès. Cela aurait l’avantage d’économies importantes pour le contribuable : pas de subvention de fonctionnement, excepté pour l’activité scolaire. Et pas d’investissement pour la ville de Pau.

On peut aussi s’interroger sur le fonctionnement de notre démocratie paloise. Que pense l’opposition de cette gabegie ? Ou les Conseillers communautaires ? Ou les Maires de l’Agglomération ?

Silence assourdissant.

Comment stopper cette folie des grandeurs indécente?

par Daniel Sango

« Gazon maudit » et « Jo, mon amour » le Conseil Général fait son cinéma …

chuttt   Il y a une petite quinzaine, j’attirais l’attention des lecteurs sur des échanges « humoristiques » entre un ex Dir Com de Conseil Général et son Président Sénateur : « Gazon maudit »  AP du 25/02/2015

Sud Ouest du 15 mars reprend cette information, avec bien du retard sur AP, et précise :

« Lettre à mon ancien président. Jo, mon amour… » Tel est le titre provocateur de la tribune qui fait causer dans la sphère administrative et politique basco-béarnaise. Publié sur un blog dédié à la fonction publique territoriale, ce billet de mauvaise humeur dénonce en particulier les conditions de passation d’un marché lié à des opérations de com au sein d’un conseil général dont la localisation n’est pas citée. »

Le talent d’écrivain d’Adriano Zagno est certain et ses diatribes décoiffent le gazon. Il mérite vraiment un détour sur le blog territorial.

http://www.blog-territorial.fr/lettre-a-mon-ancien-president/

Et le feuilleton continue avec la saison 2:

http://www.blog-territorial.fr/lettre-a-mon-ancien-president-saison-2-2/

Bien évidement c’est avec impatience que nous attendons la prose de la Dir Com du Conseil Général, s’il se reconnaît.

De son côté Adriano Zagno nous annonce l’arrivée imminente de Zoé Shépard sur le devant de la scène (Ce haut fonctionnaire de la Région Aquitaine qui a publié « Absolument dé – bor – dée ! » une description de l’intérieur du fonctionnement incroyablement laxiste des services de la région Aquitaine)… Il ne manquait plus qu’elle… On en redemande !

Mais au delà de la forme, vraiment succulente, on ne peut que s’interroger gravement sur le fond de ces hypothétiques malversations. Heureusement, au CG 64 c’est pas comme ça.

Allez Adriano, à quand la prochaine saison sur les embauches ou la gabegie financière de ton Conseil Général imaginaire ?

 

par Daniel Sango