François Bayrou est-il un mauvais gestionnaire ?

dépenses   Dans son article « Pau, Taxe d’habitation » Joël Braud s’interroge sur le montant toujours plus haut de sa taxe d’habitation… Eléments de réponse, rapides.

« Qui peut répondre à ces questions sans aller évoquer ces poncifs imbéciles selon lesquels la ville de Pau possède des équipements bien supérieurs à ceux d’Oloron ? Raisonner ainsi revient à affirmer que les équipements de Pau sont interdits aux habitants des autres villes ou que, pour les utiliser, les habitants de Pau bénéficient de tarifs préférentiels. »

En fait et avant tout il faut raisonner au niveau de l’agglomération en agrégeant les budgets communaux et intercommunaux. Cela est compliqué, d’autant plus compliqué que les Maires, pratiquement tous, ont peur de la transparence et ne publient pas les Comptes Administratifs de leurs communes et intercommunalités. Et ce malgré les nombreuses demandes d’AP … ( « Bayrou et le budget de la ville de Pau, où est la vérité ? » AP du 22/4/2015 ).  Il faut noter à ce sujet que la situation à Oloron est honteuse, bien pire qu’à Pau ; vous ne trouverez rien de détaillé, même peu, sur les finances de la ville : scandaleux

N’en déplaise à Joël Braud, oui la ville de Pau possède des équipements plus nombreux et plus coûteux que l’agglomération oloronaise… (et aussi, parfois, les palois payent moins cher que les autres, par exemple au Tennis Club de Pau…)

Stade d’eaux vives, Stade de rugby du Hameau, Palais des sports de basket, Zénith, Jaï Alaï, Orchestre Pau Béarn, Médiathèques pléthoriques, salles de spectacles surabondantes, subvention des équipes professionnelles de Rugby, Basket, Foot, Hand Ball, Grand prix automobile de Pau, Concours hippique international, étape du Tour de France, … la liste est longue, très longue, des investissements, mais aussi des dépenses de fonctionnement. Car plus on construit, plus les coûts de fonctionnement augmentent…pour longtemps…
Peut on faire des économies dans ces domaines ? bien évidement oui, et dans des proportions considérable, au minimum 10 M€

Quelques ordres de grandeur :

– médiathèques, fermeture des plus petites, diminution de 30% du personnel, 2 M€

– suppression partielle aide au sport pro et facturation at cost des installations 2 M€

– suppression du Grand Prix de Pau 2 M€

– réduction du déficit du stade d’eaux vives 1 M€

-réduction du déficit de l’orchestre 1 M€

– etc…

Mais la comparaison doit porter sur la totalité du budget, et c’est aussi dans le domaine des coûts de fonctionnement que se situent aussi des gisements d’économies considérables.

Pau et son agglomération ont beaucoup trop de fonctionnaires territoriaux, et en prime , l’absentéisme (16% selon F Bayrou) y est surréaliste (4 fois supérieur aux bonnes entreprises privées ! )

Les coûts de fonctionnement sont de 96 M€ dont 50 M€ pour la seule masse salariale. C’est au minimum une baisse de 10 M€ que l’on peut obtenir sans effort.

Ce sont donc 20 M€ d’économies possibles à reporter sur les impôts (taxe Habitation et foncière) qui représentent 74,6 M€ c’est une baisse de 27% des impôts qui est possible.

Encore faudrait-il qu’André Bayrou stoppe sa folie des grandeurs et ne se comporte pas en politicien clientéliste…

Car le vers est dans le fruit. En France nos politiciens de pacotille n’ont qu’une obsession : être réélu et donc le clientélisme y est roi. Seuls un peu plus de 40% des citoyens payent des impôts locaux (et a peu près la même proportion pour l’impôt sur le revenu)

La gabegie est donc indolore (pour le moment ) pour une majorité de citoyens…alors pourquoi s’en priver ! (enfin, pour le moment, car nos collectivités territoriales ont une dette qui croît fortement…)
Pourtant, en 2012, François Bayrou alors candidat à la présidence de la république claironnait : « ce n’est pas avec une diminution de 5% des dépenses que la France va s’arrêter de fonctionner… » ( « Bayrou apprend l’arithmétique « AP du 23/01/2012)

Pourquoi n’applique-t-il pas cela à Pau ?

Simplement parce que gérer, faire des économies, implique de faire preuve de courage, il faut arbitrer et donc se mettre à dos les corporatismes. Il est beaucoup plus facile de ne rien faire, d’emprunter, et après moi…

Daniel sango

Pau,Taxe d’habitation

imagesC’est l’automne et comme tous les ans à cette époque, tombent les feuilles d’impôt. Impôts locaux et plus précisément la taxe d’habitation. Souvenons-nous pour Pau le maire affirmait haut et fort qu’il envisageait une baisse des prélèvements. La réalité était différente. Qu’en est-il cette année ?

A partir de ce qui me concerne, habitant de Pau, je constate que la somme totale à payer au titre de cette taxe est en augmentation de 1,15% comparée à ce que je payais pour l’exercice 2014. Ce qui compte principalement au-delà des raisonnements qui pourraient chercher des explications où il n’y en a pas, c’est cette somme totale que le contribuable est tenu de sortir de sa poche. Mais détaillons.

Ce qui revient à la ville en premier lieu : le taux de 2014 était de 22,26%, celui de 2015 est de 22,21%. Une différence si importante que, contrairement à ce que l’on pourrait croire, elle n’entraîne pas une baisse mais une augmentation de 0,67%.

Ce qui revient à l’intercommunalité ensuite : cette part, elle, augmente de 0,93%. Ce pendant son  taux reste stable : 8,7%.

Enfin la taxe spéciale d’équipement augmente elle de 112,5%, pour un taux de 0,223% . On aura beau affirmer que cette partie est infime, il reste que son augmentation est bien réelle.

Mais nous ne sommes pas tous égaux devant l’impôt, ainsi une comparaison avec Oloron-Sainte- Marie permet de constater que pour cette ville le taux est de 10,78% (Pau:22,21%). Pour l’intercommunalité il est de 9,24% (tiens plus élevé qu’à Pau : 8,70%). La taxe spéciale d’équipement est de 0,223% (comme à Pau). Je pourrais faire des comparaisons avec d’autres villes et ce serait toujours au désavantage de Pau.

  • Alors d’où viennent ces différences ?
  • Pourquoi cette taxe d’habitation que je paie a-t-elle toujours et très régulièrement augmenté tandis que son taux d’imposition a baissé ?
  • Pourquoi cette augmentation est-elle de 1,15% alors que l’inflation pour l’année 2014 n’est que de 0,5% ?
  • Pourquoi cette augmentation alors que ma pension de retraite n’évolue pas depuis quatre ans ?
  • Peut-on raisonnablement espérer qu’un jour grâce à une meilleure gestion de nos élus, les impôts vont finir par baisser ?
  • Peut-on raisonnablement espérer que nous serons tous taxés sur les mêmes bases ?
  • Sommes-nous tous égaux devant l’impôt, ce qui selon ce que nous savons tous, est un principe fondamental de notre République ?

Qui peut répondre à ces questions sans aller évoquer ces poncifs imbéciles selon lesquels la ville de Pau possède des équipements bien supérieurs à ceux d’Oloron ? Raisonner ainsi revient à affirmer que les équipements de Pau sont interdits aux habitants des autres villes ou que, pour les utiliser, les habitants de Pau bénéficient de tarifs préférentiels.

Pour finir, ce calcul : Combien de matchs de rugby, de matchs de basket au palais des sports, de concerts au Zénith, pourrais-je m’offrir grâce à l’économie réalisée si je payais la même taxe d’habitation que le contribuable oloronais ?

Pau, le 5 novembre 2015

par Joël Braud

Les chantiers de François Bayrou.

imgresSitôt élu maire de Pau, François Bayrou va devoir faire face à un certain nombre de chantiers et prendre des décisions rapides dans des domaines très divers. Il en va ainsi de la vie de chaque édile nouvellement en poste. Essayons d’en connaître la liste.

 La sécurité, parce qu’il faut commencer par ce qui trouble certainement de la façon la plus prégnante la tranquillité des citoyens palois. Depuis ces derniers jours des voitures brûlent dans le secteur du quartier Saragosse et Lyautey. Elles sont au nombre de sept  et visiblement, l’enquête piétine. La Police nationale, par la voix du directeur départemental adjoint a beau dire que « des consignes de vigilance et de patrouilles sont redoublées », une inquiétude bien compréhensible s’installe. La police municipale n’est pas encore renforcée et en l’état actuel de son effectif, ne peut assurer une présence nocturne. Alors on parle de caméra de vidéo-protection au coût encore non évalué. C’est le chantier qui au départ n’était pas prioritaire mais qui, au vu des circonstances, est en train de le devenir.

Parallèlement à cette sécurité qui, si l’on n’y prend garde, va vite envahir les esprits, il y a également cette promesse faite aux syndicats des policiers de la police nationale d’améliorer leurs conditions de vie dans les locaux du commissariat de la rue O’Quin. Les sanitaires et les vestiaires sont en mauvais état paraît-il. On se demande pourquoi cette promesse alors qu’il s’agit d’un service de l’Etat et que nos impôts locaux ne sont pas faits pour cela. Mais l’engagement est pris.

Les Halles de la ville de Pau, elles font partie des grands chantiers  que la nouvelle majorité a désignés comme prioritaires. Le budget doit être finalisé très prochainement et, là encore, cet engagement lourd devra figurer au débat des prochaines orientations. Attention, investissement important.

La baisse des impôts locaux. L’engagement  d’une baisse de 1% par an n’est pas tombé dans les oreilles de citoyens sourds surtout que la ville de Pau figure en bonne place parmi les villes les plus chères de France. Mais que l’on ne s’y trompe pas ce ne sera pas une baisse correspondante à la charge de chaque contribuable mais à 1% du budget de la ville ce qui n’est pas la même chose. Ainsi à partir de cette base, la taxe d’habitation passerait de 22,48% à 22,26% (soit – 0,22%) et la taxe foncière de 25,10% à 24,85% (soit -0,25%). Ce sera difficile d’autant que la dotation de l’Etat qui couvre environ un tiers du budget, diminuera selon les estimations d’un cinquième de ce qu’elle était.

La voirie se trouve dans certains secteurs, dans un état que certains n’hésitent pas à qualifier de lamentable. Les  prédécesseurs ont convenu qu’on avait un peu abandonné le sujet lors des mandatures précédentes. Il va falloir rattraper le retard. Combien de temps cela prendra-t-il ?

Il reste encore à financer la dernière tranche des travaux de la piscine « Pyrénéo » et tant d’autres projets comme les vestiaires de certains équipements sportifs. Il va falloir faire des choix et surtout réduire le train des investissements.

Alors Mesdames et Messieurs de la majorité municipale, ne vous dispersez pas, surtout  restez concentrés sur la ville de Pau et son agglomération.

Pau, le 17 avril 2014

Par Joël Braud

CDA Pau Pyrénées : Les villes les plus chères en personnel

Capture d’écran 2013-12-22 à 11.42.02Il est coutume de dire que Pau a beaucoup de personnel et que bien logiquement cela se retrouve dans les impôts locaux. Dans les faits, au niveau de l’agglomération paloise, la ville centre n’est pas la plus gourmande (proportionnellement) en personnel puisqu’elle n’est que quatrième au classement au titre des « charges de personnel par commune et par habitant » selon les informations communiquées par le ministère des finances pour 2012.

Le site du ministère permet en effet de décerner la palme des charges de personnel par commune par habitant à Lescar : 715 €, suivi de Lons : 707 €, Billère : 587 € et enfin Pau pour 536 euros (voir pièce jointe 1).

Si Pau, au moment de la création de la CDAPP en 2000, était bien la plus chère en personnel de l’agglomération, elle a su transférer une partie de ses charges aux communes environnantes. En 2012, 218 euros de charges de personnel étaient acquittées au titre de la CDAPP par habitant. Rien en 2000.

Pau est donc la grande gagnante de la mise en place de l’intercommunalité. En 2012, les charges de personnel communal et intercommunal n’y représentent que 754 euros par habitant contre 933 à Lescar et 925 à Lons ! (voir pièce jointe 2)

Ces deux communes sont largement au-dessus de leur strate, selon le ministère des finances, pour les dépenses de personnel :  715 contre 625 pour l’une, 707 contre 625 pour l’autre. Bizanos et Mazères dépensent elles-aussi plus que leur strate moyenne nationale.

Si l’opacité des chiffres se fait souvent sentir au moment de vouloir analyser la gestion de la cité paloise, il est clair que les autres communes de l’agglomération, pas nécessairement sous les projecteurs des médias, sont moins observées et analysées.

Pourquoi donc Lescar ou Lons ont-elles environ 33 % de charges supplémentaires de personnel par habitant que Pau ? Qui pour observer et analyser les maires en leur commune ?

Seule la fusion totale des communes dans l’intercommmunalité permettrait de faire disparaitre ces différences. Ce n’est pas pour demain…

– par Bernard Boutin

Source : http://alize2.finances.gouv.fr/communes/eneuro/RDep.php?type=BPS&dep=064

Charges de personnel par commune

Charges de personnel commune plus CDAPP