La nouvelle Oloron-Lescar

BA CaptureLa nouvelle route Oloron -Lescar est vitale pour l’avenir du Haut-Béarn, le projet doit aller d’urgence à son terme sur la bande des 300m actuelle, selon Béarn Adour Pyrénées (BAP)

Le comportement de certains opposants à ce projet est pour le moins inconséquent, au pire destructeur. Qui sont les responsables de 95% du gel des terrains sur la bande de 300m entre Oloron et Lescar sinon ceux qui ont empêché sa réalisation depuis des années. Si la route était faite, seuls les 5% nécessaires auraient été occupés et le reste serait libéré depuis longtemps pour le plus grand bonheur des agriculteurs, des promeneurs, des ramasseurs de champignon et de tous. Peut-être ceux qui menacent d’attaquer le Conseil Départemental tentent-ils de faire oublier leur outrecuidance. À moins qu’ils n’aient des projets de lotissement sur tout ou partie de l’emprise foncière actuellement gelée. Ce qui serait le comble du mépris au bon sens. Qui subit les conséquences de l’ absence de nouvelle route: les habitants de Cardesse, Monein, Lasseube, Lacommande,…. qui voient leur patrimoine dévalué, leurs routes surchargées, détériorées, effondrées, coupées parfois pendant des mois, les salariés et entreprises d’Oloron qui sont pénalisés par l’enclavement, les lecteurs qui sont désinformés alors que tout le monde sait que la réalisation indispensable de cette route peut coûter moins de 200 millions d’euro d’ argent privé, avec un impact écologique très positif. Bref, Béarn Adour Pyrénées exhorte le Conseil Départemental, qui a toujours été favorable à cette nouvelle liaison, à tout faire pour que la bande des 300m soit maintenue sur tout le trajet prévu à l’origine et pour que le projet soit réalisé sans délai. Il y va de l’avenir économique du Haut Béarn et de la sécurité des riverains et des usagers des routes actuelles.

Pierre Saubot,
Président de Béarn Adour Pyrénées

BAP (Béarn Adour Pyrénées), les priorités

BAP3Malgré le contexte budgétaire et la confusion soigneusement entretenue entre bons investissements et mauvaises dépenses, le Béarn ne veut pas être l’oublié de l’aménagement du territoire dont nous avons payé notre part dans le reste de la France et rester un cul de sac, sans ouverture vers l’Aragon et le reste de l’Espagne. L’association Béarn Adour Pyrénées a donc actualisé et hiérarchisé son point de vue et continue son combat pour la réalisation d’infrastructures de désenclavement.

B.A.P a toujours été et reste favorable à tout rétablissement de passages de trains en Vallée d’Aspe et jusqu’en Espagne.

Toutefois, compte-tenu du nombre de passagers qui utilisent actuellement le train Pau-Oloron et le bus Oloron-Bedous et compte-tenu des contraintes budgétaires, Europe, Etat, Région, Département, il nous semble judicieux de tenir compte des priorités suivantes :

1/ finir la sécurisation et les déviations de la RN 134 entre Oloron et Le Somport y compris le contournement d’Oloron (Gabarn-Gurmençon).

2/ faire la nouvelle route Oloron-Lescar, le diffuseur de Morlaas/Berlanne et le doublement de la route de Bordeaux de Sauvagnon à Lons .

3/ constituer les réserves foncières et lancer l’enquête publique pour le barreau direct LGV, Mont-de-Marsan/Pau/Tarbes.

4/ planifier dans le bon ordre, avec le bon calendrier, après étude circonstanciée, la réalisation de la LGV Mont-de-Marsan/Pau, la réouverture de la voie ferrée Oloron-Canfranc et la traversée centrale des Pyrénées par le Béarn.

Sans oublier d’autres combats que nous continuons ou amorçons, mais nous ne pouvons les citer tous, nous persistons dans nos demandes indispensables pour obtenir dans notre région une baisse des accidents, une baisse du chômage, une baisse de la consommation d’énergies fossiles et une baisse des rejets de gaz carbonique.

Nous voulons démontrer, malgré tout, et au risque de sembler à contre-courant, qu’il est possible de concilier sécurité des personnes, croissance de l’emploi et respect de l’environnement.

Citation que s’attribuent de nombreuses personnes: « Nous ne savions pas que c’était impossible, nous l’avons fait ».

Maxime de BAP: « Tout le monde dit que c’est impossible, nous le demandons, quand même. »

– par Pierre Saubot
Président de Béarn Adour Pyrénées