Pau, Municipales 2014 : la chronique (3)

2014-01-11 11.34.03La campagne municipale paloise vue et analysée par Emmanuel Pène dans une chronique sans langue de bois.

Les alliances et les constitutions de liste continuent de tenir les Palois en haleine. Pendant ce temps là, on continue de parler de baisse des impôts, tandis que la salubrité et la culture s’invitent au débat.

Du rapprochement Bayrou – Saubatte

La gestation du rapprochement entre la liste Bayrou et la liste Saubatte a tenu les Palois en haleine cette troisième semaine de janvier. Point culminant, leur rencontre jeudi dans un restaurant à la sortie de Pau sur la route de Morlaàs, où les deux candidats ne cachaient plus leur alliance imminente. Pour faire crédible, ils ont bien déclaré converger sur les dossiers des Halles et du Hameau, ce qui ne constituait pas une surprise, et ont évoqué les « compétences » de leurs équipes ; et c’est là que ça risque de coincer, tant les places sont rares et chères (voir l’excellent article de Bernard Boutin à ce sujet : Bayrou – une liste à fort potentiel de frustration). On ne  peut que souhaiter qu’une audace particulière du candidat Bayrou privilégie le renouvellement et la compétence, et qu’il nous réserve quelques surprises dans ce qui semble être pour le moment un simple classement ATP des personnalités de l’opposition paloise.

Ce rapprochement a aussi une conséquence, c’est celui de rendre toute alliance entre François Bayrou et Yves Urieta improbable avant le premier tour. On s’achemine donc vers une liste assumée à gauche, David Habib, une liste assumée au centre-droit, François Bayrou, et une liste trublion, Yves Urieta, dont le cœur penche peut-être à gauche, mais on ne sait à gauche de quoi ? Et puis, n’oublions pas qu’Olivier Dartigolles a effectué une OPA sur le cœur de la gauche depuis la semaine dernière, ce qui ne laisse plus beaucoup de place pour ceux qui s’en réclament.

David Habib, lui, a continué nonchalamment à remplir les cases vides de sa liste, selon une logique qu’il n’entend pas se laisser imposer «C’est en mariant des tempéraments variés autour de centres d’intérêts communs que l’on peut avoir une liste harmonieuse, et bâtir un projet ». C’est ainsi qu’après Nathalie Larradet et Claude Bergeaud, Jean-Christophe Tixier, auteur et formateur, et Leila-kherfallah, avocate, ont rejoint la liste respectivement à la 8ème et à la 9ème place pour s’occuper semble-t-il de culture. Le candidat assume ses choix : «C’est grâce à Claude Bergeaud et à Nathalie Larradet que l’on va gagner », ou en d’autres termes, c’est grâce à des représentants non-politiques de la société civile qu’on va remporter l’élection. Il est certain qu’on ne manquera pas de comparer les compositions des listes Bayrou et Habib sur ce critère.

L’ombre d’André Labarrère

Le candidat PS a de toute évidence reçu un nouveau soutien, en l’occurrence un rassemblement de 23 anciens élus d’André Labarrère. Ceux-ci, revendiquent leur soutien à David Habib, comme étant le plus dans la « continuité évolutive » de l’ancien maire. On peut se demander ce qu’est la continuité évolutive ? La continuité d’un système marqué par le clientélisme et des arrangements entre amis ? ou la continuité du déclin de Pau ?

L’opposition frontale donc se précise, et le ton monte. David Habib a clairement ouvert les hostilités cette semaine dans un entretien à la Croix : « J’aime les gens. J’ai appris cela d’André Labarrère. Je suis un anti-Bayrou de ce point de vue. Lui, il aime les élites parisiennes. Demain matin, à 7h30, je serai dans mon bureau, à la mairie de Mourenx, pour recevoir des habitants. Demandez à François Bayrou ce qu’il fait à la même heure.». François Bayrou, qui a lui aussi cité à plusieurs reprises l’ancien maire de Pau, ne manquera probablement pas de réagir.

On fait toutefois le vœu que les candidats se réclament un peu moins d’un Maire qui a quand même une responsabilité importante dans la situation actuelle difficile de Pau, et proposent de vrais projets d’avenir, ambitieux, et en rupture avec le passé. Le Pau de demain ne sera pas celui d’André Labarrère, et c’est très bien ainsi.

Des occitanistes ?

On apprend aussi que ce dimanche 19 janvier, deux personnes d’un mouvement occitaniste inconnu « Bastir », Estelle Laymand et Luce Bordenave vont faire partie de la liste Habib ; ceci est une surprise, tant on connait l’opposition du candidat à certains mouvements occitanistes et en particulier à leur gourou David Grosclaude. Ce ralliement imprévu et étrange fera l’objet d’une analyse plus étoffée dans la prochaine chronique.

Yves Urieta, lui, a fait de son nouveau local de campagne, rue des Cordeliers, un acte symbolique, car situé : « au cœur d’une rue commerçante qui connaît la crise. C’est un acte de solidarité ». Ceci dit, le loyer modique (300 € / mois) explique de manière plus prosaïque ce choix.

Dartigolles vs Urieta

Enfin, la semaine a vu un front de gauche et un Olivier Dartigolles, dans sa liste désormais baptisée « une ville pour nos vies », très présents sur le terrain. Sur le terrain, c’est d’ailleurs là où se situe le local de campagne revendiqué par la liste, un local « sans murs ». Un Olivier Dartigolles qui a trouvé sa cible, en la personne d’Yves Urieta, à qui il refuse le droit de se réclamer de gauche, et qu’il souhaite dépasser le soir du premier tour. Il est vrai que, on le rappelle, le front de gauche a décrété un monopole sur la gauche…

La présence importante d’Olivier Dartigolles dans les rues paloises a semble-t-il énervé Jean Pichai, le candidat du parti UPR (Union pour la République) qui avait fait le buzz en décembre avec une vidéo de présentation très particulière (voir la chronique n°1). C’est donc par une utilisation très débridée de twitter que l’octogénaire palois s’épanche sur Dartigolles, qu’il préfère maire de Roubaix que Maire de Pau..

Sans compter la liste « Pichai » qui a peu de chances de rassembler les 49, ce sont donc 6 listes qui devraient finalement se présenter en mars (FN, Urieta, Bayrou-Saubatte, Habib, Dartigolles, Bled), à moins qu’il n’y ait une ou plusieurs listes surprises, ce qui est loin d’être exclu d’après nos informations.

Habib : Une salle de concert à la porte des gaves

Sur le fond, on a vu clairement la liste Habib se positionner sur le créneau de la culture, d’abord avec l’annonce de l’engagement de Jean-Christophe Tixier et Leila Kherfallah, deux « passionnés de culture » parait-il… Le candidat pour qui « La culture, un moyen économique et de développement de la ville, sera une de mes priorités », rêve d’une salle de concert de 800 à 1200 places, située dans le quartier de la porte des gaves. S’il est vrai que Pau a vraiment besoin d’une salle de concert autre que le démesuré Zénith, on espère que cet investissement supplémentaire connaîtra un meilleur sort économique que le stade d’eaux vives, dont le déficit chronique est bien connu.

David Habib tente-t-il de contrer sur son terrain François Bayrou, qui a fait de la culture un de ses cinq axes de travail pour redynamiser Pau ? on attend donc sur ce thème une belle bataille dans les semaines à venir. Des propositions qui seront faites, on peut faire le vœu qu’elles soient bien chiffrées, qu’on nous explique la validité économique de chaque nouvel équipement, et surtout ce que cela va apporter à la ville.

Des crottes de chiens politiquement très incorrectes

L’autre thème d’actualité est la salubrité, qui est le mot politiquement correct pour parler des crottes de chien et autres incivilités comme les tags. François Bayrou appelle à la création de « canisites », sortes de toilettes publiques pour chien, et d’une manière générale à multiplier les équipements permettant aux propriétaires de ramasser les déjections de leurs toutous. Sur ce terrain, Yves Urieta s’est positionné en appelant à remettre en fonction les motocrottes existantes plutôt que des toilettes publiques pour chien. Si avec tout ça on n’arrive pas à faire redécoller Pau..

Blague à part, c’est un problème qui empoisonne la vie quotidienne des palois, mais qui nous semble plutôt relever de la responsabilité individuelle des citoyens propriétaires de chien, et on peut donc souhaiter que, tout simplement, des contraventions plus fréquentes et plus dissuasives soient mises en place.

Baisse des impôts : qui dit mieux ?

Yves Urieta a développé ses propositions sur ce thème. Selon lui, des économies peuvent être faites dans le budget de fonctionnement de la ville, et plus particulièrement dans les études, dont il dénonce la sous-traitance onéreuse à des sociétés extérieures, mais aussi dans une meilleure gestion du personnel, le nombre de cadres ayant augmenté de manière importante ces dernières années. Ainsi, là où François Bayrou promet 1% de baisse par an durant son mandat, Yves Urieta, lui, annonce 3 à 5% de baisse pour les deux premières années, avant de tirer un bilan.

L’idée d’une baisse des impôts fait donc son chemin, et c’est une bonne chose pour Pau. Cette chronique continuera à rendre compte de toutes les propositions dans ce domaine ainsi que des propositions d’efforts de réduction des dépenses publiques et de meilleure gestion.

Nous terminerons cette chronique du 19 janvier 2014 par un salut amical au site Facebook « Pau Municipales Asnaro » de Xavier Asnaro, qui rend compte quotidiennement de la campagne paloise, tout en apportant un regard critique (l’accès au site nécessite un compte Facebook).

Adixat ! A la semaine prochaine

– Par Emmanuel Pène 

 

Retrouvez les précédentes chroniques :

http://alternatives-pyrenees.com/2014/01/12/pau-municipales-2014-la-chronique-2/

http://alternatives-pyrenees.com/2014/01/04/pau-municipales-2014-la-chronique/

Pau, Municipales 2014 : la chronique (2)

20140111_153723_resizedLa campagne municipale paloise vue et analysée par Emmanuel Pène dans une chronique sans langue de bois.

Les fêtes sont bien terminées. Les couteaux ont été bien affutés, et les chiens de chasse sortis. La cible, ce sont les électeurs palois bien sûr. On commence donc à parler du fond, mais les constitutions d’équipe continuent à faire du remous, d’autant que le nombre de participants sur la ligne de départ n’est pas encore définitif..

David Habib – vers la fin du mélodrame ?

Au PS, ce qui a occupé les esprits et les médias, c’est la constitution de l’équipe de David Habib. Si on avait compris qu’un renouvellement important était prévu, dans  un contexte de lutte d’influence entre D. Habib, soutenu par le PS national, et André Duchateau et avec lui une grande partie des sortants. La réunion confidentielle de Laroin du 3 janvier dernier donnait le la, tandis qu’au fur et à mesure de la semaine, se dévoilaient certains noms. Ainsi, les quatre premières places seraient prises après David Habib par Nathalie Larradet, André Duchateau et Frédérique Espagnac, tandis qu’une quinzaine de noms étaient cités, dont Frédéric Fauthoux, Nathalie Cabanne, Louisette Mayereau,  Jean-François Maison, Anne Bernard, Marc Jubault-Brégler, Mina Labat-Chahid Stéphanie Maza, Patrice Manuel, ou encore Pierre Chéret. Les deux écologistes sortants Nicole Juyoux et l’adjoint Bernard Laclau-Lacrouts sont aussi pressentis, ce qui ne manque pas d’étonner étant donné la présence de la liste EELV d’Eurydice Bled. Enfin, on peut citer la symbolique présence à la 49è place de Claude Bergeaud, l’entraîneur de l’Elan béarnais Pau-Lacq-Orthez.

Tout cela ne se fait pas sans passion et sans larmes bien entendu. Louis de Fontenelle ayant compris qu’il ne pouvait espérer grand-chose du nouveau maître du PS palois, crut bon de régler ses comptes dans les médias. Il ne comprenait pas pourquoi on voulait « casser le passé ». Devant ce qui s’apparente à une certaine naïveté politique, on ne peut que lui citer ce proverbe chinois : « si le vieux ne s’en va pas, le neuf ne vient pas » ; mais il pose quand même la vraie question que tout le monde se pose : « c’est quoi être socialiste aujourd’hui ? ». Un bon sujet de thèse sur lequel il va pouvoir plancher, et, on l’espère, publier prochainement sur Alternatives Pyrénées.

Enfin, pour terminer sur ce chapitre dramatique, il est notable que si David Habib ne veut pas des sortants palois, il ne veut pas non plus des rapatriés palois parisiens, comme l’a compris à ses dépends Mehdi Ouraoui, directeur de cabinet d’Harlem Désir dont celui-ci vient de se séparer et qui aura du mal à trouver une bouée de secours place royale.

Vers qui penche Urieta ?

La semaine a aussi été celle des tractations, ou du moins des rumeurs de tractations. D’abord, Yves Urieta, à qui on a prêté des intentions de rapprochement avec David Habib, ce qu’il s’est empressé de démentir, non sans rappeler que son cœur était toujours à gauche. Nul doute que si Yves Urieta fait une campagne sérieuse, il n’a pas envie de repasser cinq ans dans l’opposition, et a donc tout intérêt à faire monter les enchères auprès des deux principaux candidats.

Le démenti d’Yves Urieta : « Ma liste est en dehors des partis »

Ce rappel que le cœur est à gauche n’a visiblement pas plu à Eric Saubatte, pour qui Yves Urieta s’oriente clairement vers une alliance à gauche, lequel se servirait de la ville comme un tremplin pour son complément de retraite ; une façon sans doute d’aller draguer les électeurs de droite et du centre tentés par  l’ancien maire. Mais il n’est pas certain que ce type d’attaque fonctionne..

Un Saubatte qui penche au centre

Eric Saubatte qui a fait clairement des ouvertures à la liste Bayrou. Il cite ainsi des sympathisants de droite (à moins que ce ne soit l’expression de sa propre pensée) : « Entendez-vous au 1er ou au 2nd tour, mais entendez-vous ». Il parait probable qu’Eric Saubatte a compris qu’il devait faire liste commune avec François Bayrou dès le premier tour, et qu’il ne fait maintenant qu’en négocier les modalités. Cela sent donc l’encombrement sur la liste Bayrou..

Ce dernier a d’ailleurs accueilli favorablement l’appel du pied, en insistant sur la nécessité de changement après 42 ans de mairie socialiste, et le besoin pour cela d’un « rassemblement large qui doit aller plus loin ».

Et un FN qui émerge

Clôturons enfin que chapitre des listes, avec le front national qui fait enfin parler de lui. Georges de Pachtère, explique calmement qu’il est le candidat du parti sur Pau, Philippe Boël, précédent candidat, étant lui toujours impliqué dans la liste. Interrogé sur ses ambitions, il vise un à deux élus.

l’interview de Georges de Pachtère par la Rep

La baisse de la population paloise

Sur le fond, ce qui a dominé la semaine, ce sont les réactions et propositions des candidats suite à la baisse importante de la population paloise dans la dernière étude de l’Insee.

François Bayrou a su réagir rapidement à ce sujet, en mettant en avant les conséquences de cette baisse : des commerces qui ferment, menaces sur les effectifs scolaires, et baisse des rentrées fiscales. Pour lui, le principal responsable est le niveau des taxes locales, Pau étant dans les 2% des villes les plus chères de France ; et il propose cinq axes de travail pour remonter la pente : une baisse des taux d’imposition de l’ordre de 1% par an ; rassembler les énergies pour soutenir l’activité économique ; améliorer l’image de la cité en donnant par exemple un nouvel élan au très haut débit  et en mettant en avant la vitalité des clubs sportifs ; une politique culturelle ambitieuse ; et une amélioration de la convivialité de la cité. On attend maintenant que des propositions concrètes traduisent ces objectifs généraux.

Au passage, François Bayrou rend grâce à Yves Urieta, les deux années de son mandat ayant été les seules ayant vues une baisse des impôts.

Eric Saubatte (Pau Avenir) n’a pas été en reste et s’est aussi positionné sur ce sujet. Outre la fiscalité locale, il met en accusation la politique de logement, et propose « une offre nouvelle de logement pour les familles à potentiel économique important afin de faire vivre également le commerce de proximité ». Nul doute que cela plaira aux commerçants, victimes depuis des années de la décrépitude du centre-ville et du désintérêt des maires précédents. Au niveau économique, on retiendra aussi sa proposition de création d’un Office de Prospective Economique ayant pour mission de prospecter et favoriser l’implantation de nouvelles entreprises dans des secteurs d’activité à potentiel sur Pau et l’Agglo. intéressant, mais on attend avec impatience des précisions.

Yves Urieta et la sécurité

Yves Urieta, lui a fait de la sécurité le thème de la semaine. Les points clefs du programme qu’il propose comprennent la « vidéo-protection » (mot politiquement correct pour « vidéo-surveillance »), le déplacement du commissariat central au quartier Saragosse, apporter une attention aux « populations non sédentarisées », mettre un terme aux incivilités troublant la tranquillité et la salubrité publiques, et enfin réexaminer la politique de stationnement en centre-ville et de sécurisation des piétons et cyclistes. En fait, ce dernier point mérite d’être précisé, puisque la seule mesure affichée concernant le stationnement concerne la mise en place d’abonnements pour les personnes travaillant en centre-ville. On suppose que les commerçants préféreraient des abonnements ou des stationnements gratuits pour leurs clients qui, pour le moment, ont déserté le centre-ville pour les parkings gratuits des centres commerciaux en périphérie. Bref, si Yves Urieta a le mérite de s’exprimer le premier sur ce sujet important, ses propositions manquent singulièrement d’originalité et d’ambition. Un catalogue de bonnes intentions qui ne révolutionnera pas la vie paloise, et dont le volet vidéo-surveillance comporte un risque pour les libertés individuelles.

Télécharger le dossier de presse sécurité de Pau Avant Tout

« le cœur de la gauche et la gauche qui a du cœur »

Quant à Olivier Dartigolles (Une ville pour nos vies), un tract de campagne nous renseigne un peu sur le ton de sa campagne : « l’humain d’abord », dont on retient cette phrase magnifique à propos du rassemblement du front de gauche : « C’est le cœur de la gauche et la gauche qui a du cœur ». Cela vous rappelle-t-il une certaine réplique de campagne présidentielle ?

Enfin, peu de choses concernant David Habib, mais on sait que ceci va bouger puisque ce samedi, il annonce « qu’aujourd’hui, c’est le début de la campagne ». Il était temps…

« Suspendu au grillage comme une andouillette chez un charcutier »

Nous terminerons cette chronique par une séquence humoristique de Tanguy Pastureau de RTL sur François Bayrou et son désormais célèbre accident du Hameau Voir la vidéo.

On y apprend que François Bayrou, notre « paysan béarnais » est coriace, et qu’il a « la couenne épaisse comme celle d’un petit porc dont on fait le jambon.. », ou encore qu’il est resté « suspendu au grillage comme une andouillette chez un charcutier ». Une vision très parisienne, pour qui le monde est divisé en trois parties : les citoyens normaux à l’intérieur du périphérique, les ouvriers dans un rayon de 20 km autour de celui-ci, et les paysans au-delà. Tanguy pourra demander une permission de sortie à ses parents pour venir en Béarn expérimenter le « pèle-porc », où il en apprendra un peu plus sur la couenne des cochons, et il verra qu’à Pau nous n’avons pas que des fermes et des paysans, mais aussi les tours d’Aspin et Frédéric Beigbeder.

Adixat ! A la semaine prochaine

– par Emmanuel Pène

Pau, Municipales 2014 : la chronique

2014-01-01 16.45.21La campagne municipale paloise vue et analysée par Emmanuel Pène dans une chronique sans langue de bois.

Après deux semaines de trêve festive, où les palois se sont retrouvés en famille et entre amis, la campagne des municipales s’apprête à redémarrer et probablement à accélérer à moins de trois mois du premier tour du scrutin. Nul doute que les candidats ont mis à profit cette période pour affiner leur stratégie et pour finaliser leurs équipes. On fait le point sur les derniers évènements.

Les Buzz

François Bayrou a indéniablement fait le buzz régional et national avec sa blessure à la main en tentant d’escalader le grillage du stade du Hameau. Au final, et rigolant de lui-même, il a réussi à donner à ce non-évènement une tournure sympathique, et à passer pour un amateur inconditionnel de la section paloise, organe social le plus fédérateur de la ville. C’est peut-être ce qu’il est effectivement, ce que ne pensent pas bien entendu certains de ces adversaires comme Eurydice Bled, pour note le « peu de fois que son collègue du conseil municipal vient au hameau ».

Eurydice Bled, justement, a elle aussi fait un buzz involontaire, avec une vidéo de campagne très particulière visible sur le site du Point.fr (http://www.lepoint.fr/municipales-2014/video-les-municipales-a-pau-c-est-pau-hollywood-27-12-2013-1774712_1966.php). Cette vidéo, concentration de clichés manichéens, de lieux communs et d’anachronismes hilarants (on y voit Eva Joly et Nicolas Hulot bras-dessus bras dessous) a tellement suscité la polémique que l’équipe écologiste a décidé de la retirer de son site.

Enfin, dans ce chapitre des buzz, comment ne pas citer Jean Pichai, auteur d’une vidéo dans une ambiance sinistre, et tellement décalée qu’on pourrait croire qu’elle a été faite spécialement dans cet objectif.

Jean Pichai, malgré le succès de sa vidéo sur Youtube, aura toutefois probablement du mal à rassembler une équipe autour de lui, mais on peut lui souhaiter bonne chance, et surtout lui conseiller de prendre un expert en communication.

Renouvellement au PS..

L’actualité du côté des autres candidats a été dominée par le rififi chez les socialistes autour de la constitution de l’équipe de David Habib. Celui-ci a clairement fait savoir à un journaliste de Libération qu’il souhaitait s’affranchir de l’équipe sortante, exception faite d’une ou deux personnes. Etant donné que l’une de ces personnes est obligatoirement André Duchateau, on attend impatiemment de connaître le second. En tout cas, ce ne sera ni André Lavignotte, qui a laissé un souvenir mitigé chez les commerçants en raison de l’augmentation des redevances terrasses (voir mon article de mars 2013 http://alternatives-pyrenees.com/2013/05/22/redevances-terrasses-a-pau-voici-revenu-le-temps-de-la-gabelle/), et qui a déclaré qu’il ne se représenterait pas, ni Evelyne Tardel, fidèle d’André Duchateau, qui a préféré éviter le déshonneur en démissionnant. Les tensions demeurent vives au PS, comme en témoigne la réunion interne organisée par David Habib ce 3 janvier à Laroin, et à laquelle certains élus municipaux PS n’ont pas pu participer, et pour cause : ils n’étaient pas au courant…

Les nouvelles des autres candidats sont plus anecdotiques. On note ainsi qu’un hacker a piraté le blog d’Yves Urieta, qu’Olivier Dartigolles s’intéresse plus pour le moment à Roanne qu’à Pau (affaire des « 5 de Roanne »), et qu’il ne se passe rien de connu du côté du Front National, depuis l’éviction de Philippe Boël au profit de Georges de Pachtère, responsable départemental.

On ne peut s’empêcher de revenir sur les attaques stupides dirigées dernièrement vers Thibaut Chenevière, fidèle de François Bayrou, soupçonné de prendre sur son temps de travail pour faire la campagne. Dans quel pays vivons-nous, où les seuls autorisés à faire de la politique sont des élus sortants payés par le contribuable ou des rentiers à l’abri du besoin ? Un candidat qui a un travail et qui prend sur ses soirées, week-end et vacances n’aurait pas le droit de s’engager ? Or, au contraire, nous avons besoin de plus de personnes jeunes, actives professionnellement, et qui ne voient pas la politique comme un métier, mais comme un service qu’ils rendent pour un moment à la communauté.

Le (triste) podium de Pau

Et sur le fond ? Là aussi, les fêtes ont eu raison des programmes et des réactions politiques. On remarque toutefois que l’enquête de l’INSEE présentant Pau comme la 3è ville française où la population baisse le plus n’a pas laissé Eric Saubatte indifférent, lequel appelle à redonner de l’attractivité à la ville (mais comment ??); un Eric Saubatte très présent dernièrement dans les rues et les stades palois, et qui a dévoilé une partie de ses propositions dans le dernier numéro de l’Expansion.

Les 10 propositions non chiffrées du PS

David Habib, lui, a confirmé (du bout des lèvres ?) son soutien au Bus Tram, même s’il concède qu’il faudra « réduire encore la charge pour les habitants ». On espère simplement qu’il n’y aura pas un simple transfert des charges vers les entreprises de l’Agglo, qui est la solution de facilité habituelle retenue par les socialistes jusqu’à présent (voir mon article de 2012 http://www.alternatives-paloises.com/article.php3?id_article=5707)…). Certains Palois sont toutefois entrés en possession du tract « 10 propositions pour Pau & les Palois – cadre de vie et développement durable», suite de propositions avec lesquelles nul être bien-pensant n’être en désaccord, mais qui ne propose aucun chiffrage ou moyen de financement de ces mesures.

Les voeux

On finira donc cette première chronique par un tour de quelques vœux de nouvelle année.

Yves Urieta : http://www.youtube.com/watch?v=6_LtgSJ-Gpg&feature=youtu.be

François Bayrou : http://mouvementdemocrate.fr/article/en-2014-la-verite-doit-simposer

Eric Saubatte : http://www.ericsaubatte.fr/article-bonne-et-heureuse-annee-2014-121854530.html

Thibault Cheneviere : https://twitter.com/cheneviere2014/status/419065779523698688/photo/1

Adixat ! A la semaine prochaine.

Emmanuel Pène – 4 janvier 2014