Jean Paul Mattei en marche pour l’Assemblée

MatteiDans la seconde circonscription, les jeux sont faits, rien ne devrait empêcher Jean Paul Mattei d’obtenir la consécration.

Nathalie Chabanne, élue par accident il y a 5 ans se présente là avec un grand passif. Elue dans le sillage de François Hollande, elle a très vite montré son vrai visage, frondeuse à la gauche du parti socialiste, ce qui ne correspond absolument pas à la majorité de cette circonscription.

Il faut dire un mot des Républicains absents du second tour qui dans notre Béarn ne sont pas capables de présenter des candidats de grande qualité. Ce sont des candidats d’une autre époque, ayant intrigué dans le parti pour enfin décrocher ces investitures. Les Républicains doivent eux aussi se mettre en marche pour rénover de fond en comble ce parti, en balayer ces vieux cadres et faire la place à des nouveaux visages ayant démontré leurs compétences dans leurs vie professionnelle et ne désirant pas faire carrière en politique.

Le débat de ce matin sur France Bleu Béarn n’a rien apporté, il fut simplement un commentaire de la situation nationale, Mattei modeste, Nathalie Chabanne résignée, on aurait dit une discussion entre journalistes, sauf sur la fin quand l’échange s’est porté sur le développement économique local, domaine où le député n’a pas un grand rôle…

Revenons à Jean Paul Mattei, il ne correspond pas bien sûr totalement au profil du marcheur moderne puisqu’il trempe dans la politique locale depuis des décennies, mais il faut lui reconnaître de grandes qualités. Il a tout d’abord fait la preuve de ses compétences en développant son étude notariale. Il possède en plus toutes les connaissances pour effectuer au mieux les tâches d’un député. Il a enfin un excellent relationnel, il saura être à l’écoute des électeurs. Il aurait pu obtenir l’investiture En Marche sans l’aide de Bayrou.

Il a évidemment un grand défaut, il appartient au MoDem, ce petit parti (14 000 adhérents) dirigé autocratiquement par François Bayrou depuis des années (et UDF avant). C’est aujourd’hui pour lui l’occasion de s’en affranchir car il n’a plus rien à y prouver. Il a par le passé montré qu’il savait être très critique vis à vis de François Bayrou, pour ne pas dire plus. On attend enfin un langage de vérité, à commencer par les affaires qui concernent le fonctionnement du MoDem, sujet qu’il a éludé malgré la question du journaliste. Dommage.

Dans ses premières réactions aux résultats du premier tour et dans le débat il n’a cessé de répéter : « Il faut faire de la politique autrement » « une nouvelle ère de la politique (commence) ».

On attend cela avec impatience en Béarn !

Daniel Sango

Crédit photo : La République