Le Hédas, cœur battant du Béarnais. Lettre ouverte à M. Bayrou

Monsieur Pierre Bidau nous adresse pour publication, la lettre ouverte qu’il a envoyée à Monsieur François Bayrou, Maire de Pau, le 15 Juillet 2018.

Monsieur le Maire

Pau, Capitale du Béarn… Pays de Béarn… Puis, «  Le Hédas futur cœur du Béarnais »

J’ai, un très court instant, rêvé !

Alors que vous étiez Président du Conseil Général, vous aviez commandité l’étude d’un Institut Béarnais et Gascon en 1992. 25 pages d’enquêtes, de projets, pour le Béarn. Tout se terminait par 80 % pour que tout soit et reste Béarnais. En lieu et place c’est un Institut occitan qui a usurpé le Béarnais et Gascon, avec votre bénédiction.

Toutes les enquêtes, y compris et surtout celles initiées par nos propres collectivités, comme celle de 2008, dont les résultats avaient été publiés dans la presse, donnaient le Béarnais plus que largement en tête.

Alors aujoud’hui, avec le Hédas, quand je lis ce que vous exprimez : « occitan, béarnais, gascon : la bisbille dessert la langue » (Laquelle ?), ou que « l’ensemble des acteurs du monde culturel béarnais, gascon et occitan » s’est retrouvé autour de ce projet , j’y vois une fois de plus, une discrimination, car seuls les occitanistes ont été conviés à ce projet. Une, bisbille ou polémique, deux expressions souvent employées, qui ne sont provoquées que par cette discrimination que vous entretenez, et dont vous semblez en attribuer la responsabilité à ceux qui sont Béarnais et veulent le rester.

Ajourd’hui, avec votre projet « Pays de Béarn » que je trouve plein de promesses, c’est encore une majorité de Béarnais, qui ne comprendraient pas ce que l’occitan vient faire en Béarn.

Le tourisme, ne comprend pas déjà, et ne comprendra pas qu’on puisse identifier nos valeurs historiques et patrimoniales, par une graphie ou une identité venue d’ailleurs.

L’enseignement que vous défendez si bien, celui de l’occitan en Béarn n’existe que par conventions et ne respecte pas les lois, dont certaines, toujours actives, recommandent aux rectorats de respecter les graphies d’origine.

Vous n’êtes pas sans savoir, qu’en 2008 aussi, un manifeste a été émis par une vingtaine des plus grands spécialistes linguistes, sociolinguistes, historiens, comme Monsieur Hagège ou Madame Walter, ou comme localement Monsieur Christian Desplat, pour la reconnaissance du Béarnais et du Gascon comme langues à part entière. Vous ne pouvez pas non plus ignorer que ce sont plus de cent élus des Pyrénées-Atlantiques qui l’ont approuvé et signé.

Monsieur le Maire, Je vous prie de croire à mes considérations.

Pierre Bidau

Photo : cours de béarnais pour adultes à Gan