L’homosexualité, par nature ou contre nature, une affaire qui dure

L’homosexualité chez les animaux étonne, subjugue, déroute les scientifiques, comme elle les déconcerte chez nous du reste quoiqu’en disent ces derniers se défendant de faire sur le LGBTI de douteuses analyses, et quel que soit le mammifère. Dans le cas des animaux, qu’il s’agisse des pingouins délaissant leurs pingouines, des cigognes dont on sait que certains mâles se passionnent pour le même sexe qu’eux, c’est au tour des moutons d’exciter la curiosité de ces ingénieux messieurs se penchant sérieusement sur le cas des mammifères à toison, coupables d’avoir un comportement contre nature et équivoque chez l’ovin. Une situation banale chez nos amis à plumes ou à poils, elle qui ne fait aucun bruit car nous le saurions depuis qu’ils en usent cependant que cela donne à réfléchir à l’être humain, éclairé, dévoué et si obsédé qu’il est par cet étrange destin qui est d’aimer son prochain du même sexe que soi. Une préférence sexuelle dont on ne s’explique toujours pas d’où elle provient, si elle est acquise ou innée ou encore divine, héréditaire ou complémentaire mais hélas toujours méprisée par de trop nombreux citoyens cherchant chez l’homosexuel la tentation ou le diable qui sommeille. Des moutons gays, ce n’est quand même pas commun avouez… sur un pré ou dans une étable mais toujours si aimable ce doux ovin, petit agneau de Dieu cherchant chez son partenaire masculin quelques menus câlins. Bel animal en vérité, qu’il soit mouton ou bélier ou encore le bouc dont on sait à présent sa préférence pour l’homosexualité, lui qui est devenu malgré lui symbole du malin. Il en fallait bien un de bouc émissaire, dont le pan d’une vie alimente maints bréviaires, il est si fécond et son odeur héréditaire ne rebutant guère ses partenaires quand le mouton lui, docile et abêti est devenu servile au regard des humains. Brave mouton, gay par nature, à la sexualité controversée certes mais qui m’est de plus en plus sympathique et tant pis pour les scientifiques qui s’en trouvent choqués.

Après maints essais chez les humains homos afin de soigner pour la guérir leur troublante sexualité que l’on nomme toujours « maladie », s’en prendrait-on aux moutons gays afin d’éradiquer ce phénomène chez cet animal exceptionnel ne demandant rien que de paître paisiblement avant d’être dégustés gloutonnement lors des Pâques où leur sacrifice éminent sert à fêter un heureux événement, ce mouton gay, serviteur là encore et malgré lui, de savants obstinés.

Quelles que soient les expériences effectuées, sur nos amis sans voix ou sur des humains et les diverses expériences pratiquées, on ne sait comment serviront vraiment celles-ci à soigner les ovins dont l’attitude défraie la chronique et par la même à guérir les humains mais surtout mettront-elle un frein à cette conduite que de nombreux mammifères ont entre eux, leur paraissant être un bien mais en horrifiant toujours, hélas certains ?

Bonne lecture autour de ce que nous offre de vivre notre chère Nature.

Bien à vous.

 

Samie Louve.

 

https://www.tdg.ch/savoirs/sciences/Des-animaux-si-gays/story/28814210

Insultes, violences… les actes homophobes se multiplient en France !

Comme chaque mois de Mai depuis 2005, le 17 est une journée importante pour chacun d’entre nous ayant conscience de l’existence des LGBTI … mais s’en soucie-t-on vraiment … en parle-t-on réellement, ouvertement sinon entre les personnes concernées et celles et ceux acceptant l’autre tel qu’il est, souhaitant vivre sereinement sa sexualité … sait-on réellement combien l’homophobie, de nos jours encore peut faire de torts, peut tuer parmi nos jeunes, nos anciens, des employés las de ne pouvoir se confier sans provoquer l’hilarité, la moquerie, la violence verbale ou/et physique … Et nous sommes en 2017…. ici et là, j’entends parler de tolérance, un mot que j’ai retiré de mon vocabulaire … mais que l’homosexuel avoue à sa famille ou ses amis, ou à son patron qu’il est LGBTI et l’homophobie accomplit son œuvre de rejet … « Tant que cela ne me touche pas ils peuvent faire ce qu’ils veulent » entend-on ici et là … « je m’en tape, pourvu qu’ils ne m’emmerdent pas » … « chacun sa vie pourvu que ce ne soit pas ici ou chez moi, qu’on laisse tranquille ma famille » … et lorsqu’il s’agit de lesbiennes … certains de ces messieurs souhaiteraient bien se mêler à la danse des demoiselles … voilà le genre de réflexions que nous entendons à propos de ces tolérants acceptant l’homosexualité oui, mais si possible la plus éloignée d’eux. L’ignorance, la méchanceté … au sein de diverses communautés ou mouvements créés afin de lutter contre ce qu’ils supposent être « contre-nature » … vous en voulez des injures … j’en ai relevé des centaines pour ne pas dire des milliers sur mon blog … Et je ne parle pas des pays où elle est interdite mais aussi menacée de mort … où la charia est appliquée … où les femmes sont violées afin de leur apprendre à aimer autrement, à aimer l’autre sexe … Pas moins de 13 pays en Afrique, 75 États et 5 régions prévoient l’emprisonnement pour les actes sexuels « contraires à la loi »…. la Tchétchénie aujourd’hui … les morts on ne les compte pas … et qui s’en souvient vraiment, qui s’en préoccupe vraiment, réellement parmi les politiciens de toutes couleurs qui ne sont guère celles de l’Arc en Ciel !!!!! Cette phobie là, je vous le dis … tue … et depuis tout ce temps tandis que les LGBTI demeurent toujours des inconnus pour la plupart d’entre nous dans nos diverses sociétés … pire encore, des pervers, des gouines ou encore des pd dont certains parmi les hétéros craignent d’être salis ou contagiés par la dépravante homosexualité, elle que l’on considère toujours comme une maladie quand c’est (seulement) en 1982 que celle-ci n’a plus été considérée comme telle … et que dire de la transphobie … et de tout qui sort des « normes » et autres anormalités jugées, mal jugées et leurs a priori, au sein de notre société !

Alors oui, c’est pour cela que le 17 Mai est et sera pour nous toutes et tous une journée importante si vous le souhaitez … celle mondiale contre l’homophobie et la transphobie … comme chaque année depuis qu’elle fut créée en effet en 2005, le 17 Mai par Louis-Georges Tin …

A Pau, nous étions quelques-uns invités par Arcolan Les Bascos à dénoncer l’homophobie, la transphobie, la lesbophobie, la biphobie et récolter des signatures pour l’horreur qui est faite en Tchétchénie ce 17 Mai 2017 sur la Place Clemenceau …

Samie Louve

« Les personnes lesbiennes, gays et trans se suicident en moyenne quatre fois plus que le reste de la population. » Chez les adolescents, les violences homophobes seraient même la première cause de suicide.

« En 2016, SOS Homophobie a recueilli 1 575 témoignages d’actes homophobes au niveau national, soit presque 20 % de plus que l’année précédente. « En France, une agression physique homophobe a lieu tous les trois jours », rappelle David Raynaud. »

Source : SOS Homophobie