Frédérique Espagnac et les caméléons roses

MINOLTA DIGITAL CAMERA   La primaire de la gauche a donné lieu à un petit séisme : les frondeurs ont gagné. Cette victoire étale au grand jour l’abîme qui coupe en deux le PS.

La fracture du Parti Socialiste est définitivement confirmée quand on a pu entendre la vision de Benoît Hamon sur le futur de la France. Rasage gratis à tous les étages et en prime, même pas peur. A la question pourtant basique de savoir d’où viendrait le financement de ses projets fantasques, il répondait que la dette n’est pas un problème et qu’il y avait des choses plus importantes que les déficits ! Vous me direz que c’est ce qui se passe en France depuis plus de trente ans, mais ses propositions vont beaucoup plus loin, bien au delà de la démagogie, bien au delà des rêves. Ben voyons, comment se fait-il que personne n’ait pensé qu’on pouvait diriger un pays sans se préoccuper des finances de l’Etat ? Cela serait tellement plus simple …

Il va même plus loin en décrétant qu’il entraînerait (on ne sait comment) l’Europe dans de folles relances budgétaires, oubliant au passage une réalité : ce sont les fourmis qui dirigent l’Europe et ce sont elles qui ont raison, pas les cigales. Il a la mémoire courte et aurait dû mieux regarder ce qui s’est passé en Grèce. Entre les fanfaronnades de Tsipras durant sa campagne et sa confrontation à la réalité du pouvoir : il y a eu un abîme. Il a été élu avec le programme de Mélenchon et gouverne avec celui de Fillon, principe de réalité oblige.

Dans le zoo de nos « professionnels » de la politique, il va être amusant de voir les éléphants se transformer en caméléons. Et C’est Frédérique Espagnac qui ouvre le bal dans une petite vidéo mise en ligne par La République :

http://video.larepubliquedespyrenees.fr/victoire-de-benoit-hamon-la-reaction-de-la-senatrice-frederique-espagnac_x5a07ut.php

Elle si proche de Hollande, faite de toute pièce par lui, la voilà rangée derrière « Benoît ». La voilà prête a s’unir à Mélenchon que tout oppose. Que ne ferait-on pas pour tenter de conserver cette rente de sénatrice, si douillette et si bien rémunérée… Un caméléon rose qui rougit.

Nathalie Chabanne, frondeuse et soutient de Benoît Hamon est bien sûr satisfaite, mais son commentaire n’est qu’une langue de bois basique sans saveur. Elle avait déjà changé de couleur bien avant, rose pour sa campagne, rouge pour son mandat qui restera unique.

http://video.larepubliquedespyrenees.fr/victoire-de-benoit-hamon-la-reaction-de-la-deputee-nathalie-chabanne_x5a07i0.php

Martine Lignières Cassou doit penser qu’il est temps de quitter ce navire qui coule…Vivement la retraite, enfin une vie en rose !

David Habib garde le silence. Il doit pourtant être rouge… de colère. Aura-t-il le courage de dire que les visions de ces deux moitiés du PS sont totalement incompatibles ?

Lui, le porte parole de Manuel Valls, ira-t-il rejoindre Macron ? Il écrit à son sujet sur son site : « Je retiens toutefois qu’il a compris que le prochain Président devra incarner le progrès, la quête de croissance, l’espoir d’une France optimiste et unie. C’est mon crédo depuis toujours. »

Pourtant, c’est vers le rouge qu’il fera semblant d’aller en suivant son leader, pour faire le dos rond jusqu’à la défaite de Benoît Hamon et une hypothétique reconquête ou division du Parti Socialiste. Son futur politique est loin d’être un long fleuve tranquille, une excellente occasion pour aller enfin se confronter avec le monde du travail.

Cette présidentielle a au moins l’avantage de faire tomber les masques, un progrès pour la démocratie.

Daniel Sango

Faux et usage de faux

nathalie chabanne     Les dernières élections législatives sur la seconde circonscription des Pyrénées Atlantiques ont donné un résultat original suite à l’anti sarkozisme général et le désarroi des électeurs centristes suite à la prise de position de François Bayrou lors des présidentielles.

Ainsi donc, bien calée sous le portrait de François Hollande, Nathalie Chabanne a été élue avec 42 % des voix dans cette triangulaire. Il est une évidence que, compte tenu du contexte, n’importe qui portant le maillot Hollande aurait été élu. C’est la mode en France, on vote contre quelqu’un, on vote pour un maillot.

Ce qui devient une incongruité, c’est le comportement de notre députée, avec son vote « très à gauche » constant. Aurions nous donc élu une proche de Mélenchon ? Fiancée de Hollande durant la campagne, mariée à Mélenchon ensuite ? Quelle ingratitude !
Rappelons qu’elle n’a pas voté le traité budgétaire européen et la règle d’or ainsi que l’accord pourtant historique sur la sécurisation de l’emploi. Mais curieusement, cette « gauchiste » n’a pas signé avec ses collègues socialistes la pétition pour l’application immédiate du non cumul des mandats… bizarre

Ainsi donc les béarnais de la seconde sont représentés par une députée de l’aile gauche du PS. Mais qui représente-t-elle ?

Si on regarde les résultats du premier tour, et que l’on fait l’hypothèse que 20% des électeurs du PS sont de la sensibilité la plus à gauche elle représente 7% (PS) 5,2 % (Front de gauche) 1% divers gauche) soit 13,2 % (Résultats : PS 34,9%, MoDem 23,6 %, UMP 21,7%, FN 9,3 %, FG 5,2 % Ecol 2,7 %)
Si on regarde les résultats du second tour : PS 42,6% MoDem 30,2%, UMP 27% L’aile gauche du PS représente 9%
Ce sont donc de toute façon, des positions ultra minoritaires qui sont prises par notre députée.
Drôle de démocratie, faux et usage de faux.

Evidement bien peu de citoyens de la seconde circonscription se reconnaissent dans le comportement de notre députée, tous devront s’en souvenir dans quatre ans.

– par Daniel Sango