Stationnement à Pau : un brin de bricolage.

 parking-verdun-la-repCe matin sur France Bleu Béarn JP Brin présentait une nouvelle enquête visant à améliorer le stationnement en centre ville, et donc a en améliorer l’attractivité.   Sérieusement ?

Cette enquête qui consistera à marquer les véhicules avec un auto collant pour suivre leurs mouvements, part du constat que la rotation des véhicules en stationnement en centre ville est beaucoup plus faible que dans les grandes villes en France : 2 véhicules par jour pour une place contre 4 ou 5 pour d’autres grandes villes. Avec une constatation complémentaire : très peu de personnes payent les amendes pour stationnement dépassant l’horaire autorisé. Le calcul est simple : en passant au double on aura deux fois plus de personnes accédant au centre ville. Simpliste hélas.

Car en effet, qui sont les propriétaires de ces véhicules « ventouses » ? En grande partie des résidents du centre ville qui n’ont pas de parking particulier (et qui n’en auront de toute façon pas dans le vétuste centre ville de Pau) et des personnes venant travailler en centre ville.

A ma question posée sur ce sujet, JP Brin évoqua la possibilité du parking gratuit de la gare, à proximité selon lui du centre ville, via le funiculaire… Oui, à condition d’habiter ou de travailler Boulevard des Pyrénées… Pour les autres, n’y comptez pas.

Le problème se percute en plus avec la volonté de faire revenir des habitants en centre ville où des milliers de logements sont vacants (et vétustes). Mais où mettront-ils leurs véhicules ?

En fait, on en reste au bricolage à la Bayrou, spécialiste de l’eau tiède. Car le problème est global, complexe, et nécessite un vrai travail. Ce problème se place au niveau de l’agglomération et doit être traité dans le cadre du PDU (Plan de Déplacement Urbain de janvier 2004) qui existe et pour lequel un plan d’action a été voté le 18 janvier 2002… Est il toujours d’actualité ?

On comprend facilement que le problème est global, car les villes dans lesquelles on a une fluidité plus grande dans la circulation et le stationnement sont des villes où les transports en commun sont efficaces. On ne peut comparer Pau à Bordeaux ou Strasbourg. Dans ces villes on peut loger en centre ville sans voiture particulière, un peu comme à Paris. Les fréquences des transports en commun et la densité du réseau sont élevés. On peut venir travailler en centre ville ou y faire des courses en transport en commun. A Pau, cela est quasiment impossible sauf pour des retraités, car avec des fréquences toutes les trente minutes, vous avez intérêt à bien calculer vos déplacements et prévoir vos correspondances… Quant à ceux qui viennent de l’extérieur : aucun parking relais.

Et que l’on ne parle pas du BHNS (Bus à Haut Niveau de Service), j’ai eu l’occasion de l’écrire plusieurs fois, il ne sera utile que dans la portion université / centre ville. Au delà, la densité de population est trop faible.

Il y circulera d’autant plus à vide qu’il n’existe pas de parking relais et qu’il n’y aura pas encore la seconde ligne Est / Ouest pour compléter l’offre de parcours.

Alors à quand cette seconde ligne ? Je rappelle qu’un document de début 2003 « On bouge! » (Cliquer ICI) indiquait que les deux lignes de bus sur site réservé seraient opérationnelles en 2015, en même temps que les parkings relais… Heureusement que nos politiques professionnels ne dirigent pas des entreprises…Renault continuerait aujourd’hui à fabriquer des 4L…

Je n’aborderai pas ici la circulation vers et autour de Pau, des routes à deux voies archaïques au possible, génératrices de bouchons quotidiens, incapables de fournir un fonctionnement harmonieux à l’indispensable intermodalité.

La méthode Bayrou est toujours la même : la facilité. Il est plus facile de construire des cirques à gladiateurs ou une nième salle de spectacle scandaleusement inutile avec l’argent des contribuables, que de gérer avec efficience cet argent public.

Daniel Sango

Crédit Photo : La République

Circulation et stationnement à Pau : un brin de bricolage

PDU   Ce matin sur France Bleu Béarn JP Brin faisait face aux auditeurs pour tenter d’expliquer le passage au stationnement payant de la Place de Verdun : bronca !

Il faut dire que JP Brin n’a pas peur des contradictions. Le parking de Verdun serait occupé par des véhicules venant à 80% des communes extérieures et ce sont les impôts palois qui payent les travaux sur cette place, d’où la logique du paiement …

Au passage on notera qu’il répète que les impôts palois vont légèrement baisser ce qui est un mensonge honteux ! le taux baissant de 0,2% la base augmentant de 1% ce sera bien sûr une augmentation de la note !

Dans ses explications, JP Brin plaide que cette politique s’inscrit dans un plan général de circulation et stationnement. Et c’est là que le bât blesse !

Où est le PDU version Bayrou ? (PDU plan de Déplacement Urbain, document de l’Agglomération définissant la stratégie moyen long terme et les travaux qui en découlent) Si vous allez sur le site de la ville de Pau vous y trouverez le PDU de …2004 ! Du vent, du bricolage à la petite semaine, car il est plus facile de construire une tribune pour le peuple qui va voir ses gladiateurs. Panem et circenses…

Quelques rappels. Depuis 2003, oui vous avez bien lu 2003, l’agglomération de Pau a planifié deux lignes de bus à haut niveau de service et les parkings relais correspondants pour assurer l’intermodalité. (voir document en PJ 2003 : On bouge ! ) Depuis 2003 nos élus sont incapables de faire avancer ce projet. En 2018 on aura la première ligne et aucun parking relais ! Et encore, c’est l’attrait d’une subvention nationale qui a accéléré les travaux…

15 ans pour faire cette première ligne ! on voit là l’incapacité totale de nos élus, professionnels de la politique, pour gérer un projet structurant. Et on ne peut définir une politique de circulation et de stationnement qu’avec le parcours de la seconde ligne (Est Ouest) et les parking relais. Quel sera le rôle de Verdun dans ce système ? Mystère. On voit bien là cette gestion à la petite semaine.

Pour revenir à l’argumentaire de JP Brin, oui les personnes des communes périphériques viennent en voiture sur la Place Verdun, mais s’ils y viennent c’est pour faire travailler les commerces et autres administrations du centre ville, et s’ils viennent en voiture c’est parce que Pau a 20 ans de retard en terme de déplacements, qu’il n’y a pas de parkings relais à la périphérie avec ses lignes de bus rapides pour rejoindre le centre ville. On peut dire aussi qu’il n’y a aucune stratégie pour permettre l’indispensable circulation automobile autour et dans Pau.

La conséquence sera qu’ils ne viendront plus au centre ville, et tout le monde sera content. Car après tout, une agglomération est multi polaire, et faire ses achats vers Carrefour ou Auchan, voire Leclerc, c’est bien plus efficace.

Pour en revenir aux Palois eux-même, et en particulier ceux du centre ville, il faut aussi intégrer l’échec dans le domaine de la rénovation des logements. Il y a là une planification qui s’appelle le PLH (Programme Local de l’Habitat), sans aucun moyen financier sérieux. Mais là aussi il est plus facile de construire une énième salle de spectacle inutile que de rénover le centre ville vétuste… C’est pourtant le quartier où se trouvent la majorité des logements insalubres et vacants, c’est aussi le quartier où l’on trouve les foyers aux revenus les plus faibles de l’agglomération (source AUDAP) avec des logement anciens qui n’ont pas de garage ni parking. Où donc vont se garer ces Palois peu fortunés ?

La gestion Bayrou, un brin de bricolage…

 

                                                                                                                 Daniel Sango

  PJ :  2003 on bouge

La démocratie prend aussi le bus tram

bustram   Les services de la ville de Pau ont donc démonté les panneaux annonçant le bus tram sur les murs des Halles.

Certes, F Bayrou s’est clairement prononcé contre ce projet, mais il se montre peu respectueux de la démocratie locale.

Comme j’ai eu l’occasion de le dire, les candidats palois ont ajouté du flou au flou, mélangeant allègrement ce qui est du ressort de la ville de Pau et ce qui est de la compétence de la CDAPP (Communauté d’Agglomération Pau Pyrénées). D’ailleurs aucun des candidat n’a proposé une vision, un programme pour l’agglomération ( « L’Agglomération Pau Pyrénées et la campagne » AP du 15/02/2014)

Car le bus tram (et ses deux premières lignes) est le résultat d’une démarche communautaire engagée par le vote du PDU (Plan de Déplacement Urbain) conséquence d’une logique au niveau de l’organisation des déplacements sur l’agglomération (les lignes de bus tram doivent structurer l’agglomération), et tenant compte d’un plan analogue au niveau du Pays du Grand Pau.

Au delà de cet aspect logique et démocratique, ce démontage traduit le peu de cas qui est fait des partenaires de l’agglomération. Certes, Pau détient la majorité dans l’agglomération, mais alors à quoi servent le Conseil Communautaire et ses Conseillers qui viennent d’être élus au suffrage universel ?

Cela commence bien mal, et il ne faudra pas s’étonner de voir toutes les communes de la périphérie continuer à refuser d’entrer dans une Communauté d’Agglomération qui n’existe que pour servir la ville centre.

Bayrou ne serait donc pas aussi démocrate que son mouvement ?

 

par Daniel Sango

Le PDU KO sur le « ring »

bus-nouvelle-generation-avait-ete-presente_846327_490x326 

 François Bayrou a ses solutions sur les problèmes de circulation dans Pau, le « ring » serait l’une d’entre elles. Que n’a-t-il boxé plus tôt avec MLC…

Alors qu’approchent les élections, nos politiques sont soudain saisis d’idées plus inattendues les unes que les autres. Depuis plusieurs années ils sommeillaient au Conseil Municipal ou dans leur chaumière, engourdis. Puis vient la période des élections et d’un seul coup les idées fourmillent. Forcément cela rend perplexe tout bon citoyen…

Le professeur Bayrou s’est donc lancé dans un exercice périlleux : la circulation. Mais il a dû sécher plusieurs séances sur le sujet car son exercice manque un peu de cohérence. Il propose un itinéraire circulaire (le « ring ») autour du centre historique, avec des feux coordonnés. Enfin c’est l’inverse, il propose de coordonner les feux… (La République du 29/1 Bayrou Présente son plan de circulation) Ceci pour éviter de traverser le centre historique en voiture.

Mais replaçons donc les choses dans leur contexte. L’agglomération paloise a voté un PDU (Plan de Déplacement Urbain) qui définit une politique à moyen terme pour l’agglomération. J’ai eu l’occasion de critiquer ce PDU (  » Le Plan de Déplacement Urbain fait fausse route » AP du 3/12/2012) mais aujourd’hui c’est dans ce cadre que nous évoluons et F. Bayrou devrait commencer par dire s’il est d’accord avec ce plan ou pas. Car tout le reste en découle. Alors résumons en quelques mots les grands axes de ce PDU :

– Des transports en commun structurant le développement de l’agglomération. (Le mot fort est structurant, ceci impliques des transports en commun efficients, dont l’itinéraire ne variera pas dans le temps pour permettre le développement immobilier autour de ces lignes (Tramway ou bus tram)

– Rien pour l’automobile, (surtout pas de travaux de voirie), qui est priée de stopper aux entrées de l’agglomération dans des parkings relais.

– deux premières lignes de bus tram, l’une Nord Sud l’autre Est Ouest qui se croisent aux Halles

La conséquence fort logique d’ailleurs est qu’il n’y a pas de place pour l’automobile en centre ville. Encore moins dans le secteur des Halles puisque 4 voies principales allant aux Halles seraient réservées exclusivement au bus tram. On a compris que F. Bayrou était contre le bus tram, et donc contre ce PDU.

Que propose t il ?

Car aujourd’hui, et si rien ne change, le « ring  » et le centre historique resteront inaccessibles aux automobilistes englués dans un sentier périphérique dépassé, des accès à la ville totalement bouchés (près de 30 000 véhicules/jour pour la sortie Nord, record des PA pour une deux voies) des sorties Est et Ouest elles aussi encombrées, etc… N’allez pas chercher plus loin la désaffection pour un centre historique inaccessible. Monsieur Bayrou, relisez AP, l’article cité plus haut, et dites nous d’abord ce que vous mettez dans votre PDU pour qu’on comprenne où vous voulez aller et comment. En n’oubliant pas que ceci est une compétence de l’agglomération où Pau n’est pas seule…

Et la question vaut bien sûr pour tous les candidats.

par Daniel Sango