Le rêve de notre maire

2-annees-qui-ont-change-pauComme tous les Palois, j’ai trouvé il y a quelques jours dans ma boîte aux lettres un beau document de 80 pages sobrement intitulé « Deux années qui ont changé Pau ». Contrairement aux catalogues et autres prospectus qui d’habitude partent directement dans le bac jaune, j’ai décidé de conserver celui-là. La première des raisons en étant, qu’après tout, il fallait en prendre un certain soin puisque, émanant de la mairie, il avait été payé et distribué avec l’argent des contribuables.

La seconde raison m’a été fournie par le titre bien accrocheur. « Deux années qui ont changé Pau » ? Bien qu’arpentant régulièrement la ville, depuis un certain nombre d’années, je réalisais avec une certaine anxiété que je ne m’étais pas rendu compte d’un tel bouleversement. Qu’avais-je donc pu rater de si important ? Etais-je déjà en proie à une forme de sénilité précoce ? Je me plongeais donc séance tenante dans la lecture de l’ouvrage.

Je sautais rapidement l’interview convenue de notre maire par lui même, ce qui est toujours préférable et bien commode pour faire passer le message désiré, et me dirigeais vers le premier chapitre au titre évocateur « Transformer ». Nous y sommes, me dis-je. En effet, page après page, je voyais s’égrener, bouche bée de stupeur, de nombreuses réalisations, toutes plus grandioses les unes que les autres, les nouvelles Halles, le Hédas, le quartier Foirail-Carnot, l’espace des Arts, etc..

Tout d’un coup, la réalité finit par me sauter aux yeux. Non ce n’était pas moi qui perdais la tête. Ouf ! En effet, ce que j’avais pris au départ pour des photos n’étaient en fait que des dessins, certes très réalistes, mais enfin uniquement des dessins. J’avais enfin compris : Il manquait un mot à la fin du titre de la brochure: « Deux années qui ont changé Pau en rêve ». Le rêve de grandeur de notre maire.

Une fois ceci compris, il m’a été beaucoup plus facile de poursuivre ma lecture du document. Il s’agit en fait d’une magnifique bande dessinée où les chapitres se suivent et se ressemblent (Participer, Vibrer, Respirer, Progresser…) qui décrit un Pau imaginaire, resplendissant, convivial, où tout est beau net et sans bavures. Dans la ville royale, tout va bien dans le meilleur des mondes, il n’y a pas de problèmes de logement, de transport, de propreté ou de sécurité. Les services publics fonctionnent avec une efficience optimum pour notre bien être à tous. Chacun peut s’épanouir et se cultiver en toute liberté. Une vraie ville nouvelle sur catalogue.

Il s’agit d’un rêve, donc ne cherchez pas dans ce document la moindre information terre à terre. Ainsi il n’y a évidemment pas le moindre chiffre. D’habitude, les publications municipales servent à présenter les comptes publics, les budgets, les prévisions. Elles sont aussi utiles pour fournir des informations pratiques destinées à faciliter la vie quotidienne des habitants. Foin de tout cela, ne gâchons pas le beau rêve de notre maire. Dans ce magnifique document, on peut quand même regretter la tache que représente la page 76, monopolisée par l’opposition municipale, qui tente en vain de nous faire revenir sur terre.

Espérons simplement que le beau rêve ne se termine pas en cauchemar.

Par Emile

Budget des communes, transparence SVP!

PicsouAP s’est toujours fortement impliqué pour que règne la transparence dans nos institutions et particulièrement dans la dernière campagne municipale sur Pau, comme le rappelait Bernard Boutin (Les nouvelles pratiques municipales, voir AP du 5/10/2009 « Nouvelles Pratiques Municipales : Verre à moitié plein. Verre à moitié vide » par BB et DS). Aujourd’hui, il faut le constater, les choses ont peu avancé.

Pourquoi donc, avec une grande unanimité, les municipalités refusent-elles de publier leurs budgets détaillés et leurs comptes administratifs ?

Un rapide tour des différents sites Internet des principales communes de l’agglomération montre que la transparence en matière budgétaire n’est pas de mise.

Dans certaines communes on trouve sur le site un volet identifié Budget où on retrouve une présentation des grandes lignes budgétaires (Pau, Jurançon).

A Lescar on trouve la présentation faites aux Conseillers pour la présentation du budget, mais là aussi point de détail.

Quant au Compte Administratif (réalisations) au mieux vous trouverez quelques informations très générales dans un des comptes rendus du conseil municipal, lors de son approbation.

Pourquoi toutes ces municipalités ne mettent-elles pas en ligne ces documents ?

Ce sont les seuls documents qui permettent réellement d’analyser les budgets, en particulier lorsqu’on s’intéresse à un type de dépense, grâce à la présentation croisée par fonction.

Il y a cependant une petite exception : la CDAPP présente bien le compte administratif 2012.

Mais pourquoi ne pas donner les budgets 2013 ? Et pourquoi ne pas donner ces documents pour la ville de Pau ? Monsieur A. Lavignotte, partie prenante dans les deux entités, ne manquera pas de répondre.

En 2013 le budget de la ville de Pau est de 147 millions d’euro, et celui de l’agglomération de 115 Millions d’euro dont la très grande majorité concerne la ville de Pau.

Aujourd’hui les affaires communales n’ont pas de sens si on ne les considère pas dans le périmètre intercommunal.

C’est vrai que la campagne actuelle passe complètement sous silence cette dimension, et cela ne gène pas nos candidats, ni les médias …

Ce serait quand même un comble si les citoyens commençaient à comprendre comment fonctionne le mille feuille, lui qui permet toutes les gabegies !

Pourtant la loi impose de permettre l’accès à ces documents. C’est vrai que c’est là que peuvent être mis à jour une partie des dysfonctionnements dans la gestion. Sans ces documents, il est impossible de débattre sérieusement de l’action d’une municipalité. Mais nos politiques de tout bord n’ont pas envie d’aller sur ce terrain glissant, il y aurait peut être des citoyens capables de décrypter un budget…

Dire que dans certains pays les citoyens ont accès sur Internet aux notes de frais des élus…

Le verre de la transparence est toujours à moitié vide.

Alors, Messieurs les Maires et candidats, vous engagez-vous à mettre immédiatement sur vos sites Internet les budgets complets et les comptes administratifs de vos communes ?

Quand les citoyens s’éveilleront…

– par Daniel Sango

« Nouvelles Pratiques Municipales » AP du 22 Octobre 2007