Régimes spéciaux : scandaleux !

retraite60  François Hollande et le PS mettent toujours en avant, pour justifier leur politique, la justice et l’équité. En fait il n’en est rien, vive le clientélisme !

Les partenaires sociaux viennent de modifier les conditions des régimes de retraite complémentaire du privé AGIRC et ARRCO. Ainsi, pour ne pas avoir d’abattement fort sur sa retraite il faudra dorénavant travailler jusqu’à 63 ans minimum.

Pourquoi pas, puisque l’espérance de vie augmente, mais comment peut on laisser subsister encore aujourd’hui des régimes spéciaux comme par exemple celui de la SNCF ?

Age légal de départ en retraite :

55 ans pour les agents en service sédentaire jusqu’en 2016 pour les générations nées avant l’année 1962, puis passage par paliers de 4 mois par an jusqu’à 57 ans en 2024 pour les générations nées à compter de l’année 1967

50 ans pour les agents de conduite des locomotives jusqu’en 2016 pour les générations nées avant l’année 1967, puis passage par paliers de 4 mois par an jusqu’à 52 ans en 2024 pour les générations nées à compter de l’année 1972 (Info-retraite.fr)

On comprend pourquoi SNCF/SNCF Réseau est une société avec un déficit important qui ne survit que grâce aux subventions (en particulier des Régions qui financent les TER). Et ceci s’ajoute à la dette gigantesque, aujourd’hui de 44 milliards d’euros… Une société incapable de proposer du fret à un tarif compétitif, ce dont on aurait bien besoin pour lutter contre le transport routier, …etc. Sans parler du déséquilibre financier énorme de ce régime spécial de retraite, financé c’est un comble, par le contribuable !

Mais ce n’est pas tout, ces forçats du rail seront en grève le 26 avril « pour peser sur les négociations en cours sur les conditions de travail des cheminots ». On croit rêver !

L’équité et la justice imposent un régime de retraite et un contrat de travail unique pour tous les français (privé et public). Les pays modernes et qui réussissent en Europe l’ont fait, pas la France.

On ne peut qu’avoir le plus grand mépris pour une classe politique (tous, gauche ou droite) clientéliste, incapable d’un minimum de courage pour tout simplement supprimer immédiatement la totalité des régimes spéciaux, issus d’une autre époque.

 

Daniel Sango