Y-a-t-il trop de culture, trop de salles de spectacle à Pau ?

Les réponses à une telle question peuvent varier selon l’âge du questionné, ses occupations ou son origine. Selon qu’on est issu  de Paris ou d’un hameau perdu comme Goust, les exigences ne sont pas les mêmes. Selon qu’on est passionné de montagne, sur les crêtes plus souvent que devant un écran, ou lecteur fervent de poésie, les besoins sont différents.

La problématique de Daniel Sango dans son article «Pau : la gabegie en spectacle » se situe dans l’optique du coût pour les finances publiques, ce qui est bien le domaine d’un site d’observation citoyenne. Son recensement (qui ne prétendait pas à l’exhaustivité), pourrait être complété par le Palais Beaumont, le théâtre Saragosse, la Maison de l’étudiant, l’atelier du Néez et bien d’autres salles périphériques ou centrales dans l’agglomération. Force est de constater un éparpillement, notamment dans la périphérie de l’agglomération, peut-être causé par le désir des maires de laisser une trace et le souhait de montrer à ses administrés que l’on fait quelque chose qui restera. Un tel foisonnement coûte cher aux finances publiques et il faut le dénoncer. Cependant, une telle offre est une chance pour les associations qui veulent faire découvrir un spectacle. J’ai vu ou écouté des spectacles de qualité à Serres-Castet, à Lons et à Bizanos.

Les amateurs de cinéma ne peuvent rejoindre la critique du Méliès, qui est un instrument remarquable d’une diffusion artistique de qualité. Il est douteux que les dirigeants du CGR aient la même exigence en matière artistique. Si le Méliès disposait d’une salle supplémentaire, sa programmation serait plus régulière et donc plus accessible au public. Ses prix sont raisonnables, ce qui, de mon point de vue, n’est pas le cas du Zénith, même s’il faut faire la différence des contenus. Cependant, il serait bon que le Méliès dispose de plus de facilités de stationnement, ce qui serait le cas s’il était déplacé au Parc des expositions, par exemple. De plus, il faudrait que pour tout transfert une réutilisation fructueuse soit faite pour la salle laissée libre.

Tout ne peut être examiné sous le seul angle de la rentabilité. Les spectacles d’été en plein air ne sont pas rentables, puisque gratuits ; mais ils contribuent à fixer la population sur place et à lui apporter des satisfactions. Voudrait-on faire de Pau une ville encore plus morte en été ?

Non, le Tour de France ne remplace pas une vie culturelle au long de l’année et son coût me paraît beaucoup plus discutable.

Le succès des « Idées mènent le monde » qui ont succédé au salon du livre montre qu’il faut être prudent : la rénovation du Palais Beaumont voulue par André Labarrère a sans doute été coûteuse, mais elle porte ses fruits.

Jean-Paul Penot

Pau, la gabegie en spectacle : folie au foirail

gabegie André Bayrou semble pris par une folie des grandeurs incompréhensible avec un programme de dépenses indécent car inutile. D’un autre côté François Bayrou se plaint de ne pouvoir boucler qu’avec difficulté le budget de la ville et de l’Agglomération, alors que les impôts locaux continuent d’augmenter et qu’ils sont parmi les plus élevés de France.

Dans les épisodes précédents nous avons vu que l’agglomération paloise étalait une gabegie effarante tant il existe de salles de spectacle inutilisées ( « Pau : la gabegie en spectacle«  ). Et nos élus, chacun dans sa commune, l’amplifient avec l’ouverture récente de la salle du centre culturel de Lons, et d’une nouvelle salle en construction à Jurançon !

Il faut rajouter à ce panorama incroyable le souhait du Maire de Pau de construire une nouvelle salle de 750 places couplée à 3 salles de cinéma au Foirail !

Ceci est d’autant plus ahurissant que même les organisateurs de spectacle confirment l’inutilité de toutes ces salles ! Après mon article du 7 Octobre 2015, c’est même le journal télévisé de 20h00 de la 2 qui a présenté cette gabegie dans l’agglomération paloise ! ( « Pau : la gabegie en spectacle, suite«  )

On aurait pu penser que la folie d’André Bayrou se serait un peu calmée vu ces prises de positions. Il n’en est rien, on apprend que la ville vient de lancer un appel à candidature (réponse avant le 16 mars) auprès des architectes pour désigner le Maître d’Oeuvre pour la réhabilitation du Foirail en centre culturel avec une salle de spectacle de 750 places et trois salles de cinéma !!!

Concernant les salles de spectacles à Pau, la liste de l’existant est tellement long que je ne pourrais tout citer.

Le Zénith tout d’abord dont la capacité va de 642 à 4418 places assises, jusqu’à 7500 places (dont 3202 assises) qui dispose de très nombreuses soirées où il est inutilisé.

Le Casino avec sa salle de 540 places vraiment très peu utilisée.

Les différentes scènes plus petites telles que le Théâtre Saragosse et ses 240 places et le très beau Saint-Louis du centre ville ou le petit Tam Tam, la MJC du Laü, et bien d’autres comme l’Espace Daniel Balavoine à Bizanos, le théâtre de verdure l’été, le tout proche Espace Culturel de Serres Castet…

Sans oublier les deux dernières salles de l’agglomération, l’Espace Chambaud de Lons inauguré récemment (300 places assises ou 900 debout) et la salle de Jurançon en cours de construction.

Et André Bayrou voudrait en plus construire une salle de 750 places au Foirail destinée à la diffusion de théâtre, musique symphonique et danse ! Bayrou c’est fou !

Côté cinéma, c’est tout aussi ubuesque.

Le Mega CGR Université dispose de 12 salles de 90 à 590 places (2500 fauteuils).

Le CGR Lescar, 9 salles jusqu’à 400 places (1583 fauteuils).

Le CGR Saint Louis, 7 salles de 73 à 246 places ( 892 fauteuil).

Le Méliès, 2 salles (430 fauteuils).

Il y a donc 30 salles de cinéma sur l’agglomération !

Et notre Maire dépensier voudrait construire au foirail trois salles pour le Méliès pour un coût total initial (on dit bien …initial) de 7,2 M€ ! Est-ce bien raisonnable ?

Tout d’abord, il faut savoir que les résultats du Méliès stagnent ou sont en baisse : 113 000 entrées en 2014, 105 000 en 2015 bien loin des records de ce cinéma. De plus, il ne survit que grâce aux fortes subventions de l’Agglomération et une mise à disposition gratuite des locaux par la Mairie de Pau (une concurrence déloyale avec le CGR quand on voit les similitudes dans une partie de la programmation, différenciée parfois par la seule VO).

Il existe une solution évidente et efficiente pour le maintien d’une programmation Art et Essais sur Pau : le transfert au CGR Saint-Louis de cette activité avec un cahier des charges analogue à celui de l’Association Ciné Ma Passion qui gère aujourd’hui le Méliès. Cela aurait l’avantage d’économies importantes pour le contribuable : pas de subvention de fonctionnement, excepté pour l’activité scolaire. Et pas d’investissement pour la ville de Pau.

On peut aussi s’interroger sur le fonctionnement de notre démocratie paloise. Que pense l’opposition de cette gabegie ? Ou les Conseillers communautaires ? Ou les Maires de l’Agglomération ?

Silence assourdissant.

Comment stopper cette folie des grandeurs indécente?

par Daniel Sango

Pau : la gabegie en spectacle (suite)

le-zenith-de-pau-en-1992-quelques-mois-avant-son_2260730_800x400Le 7 octobre dernier je dénonçais la situation ubuesque de l’agglomération paloise en terme de salles de spectacles, toutes plus inutilisées les unes que les autres, relire « Pau : la gabegie en spectacle« .

Hier soir mardi 27 octobre, le journal de 20h de l’A2 faisait écho à cette situation en présentant un sujet sur la gabegie dans les communes et prenant pour (mauvais) exemple les salles de spectacle de l’agglomération paloise. Michel Bernos, Maire de Jurançon et Vice-Président en charge de la culture au niveau de la CDAPP, y est interviewé.

On aura l’occasion d’en reparler.

Un organisateur de spectacle y explique le décalage entre ce nombre de salles et les besoins … Bref la totale, et encore, n’y est il pas fait référence au projet d’André Bayrou de son complexe de salle de spectacle de 750 places et trois salles de cinéma !

Alors que CGR va ouvrir en novembre 9 salles de cinéma à Quartier Libre !!!

Mais le plus étonnant, c’est qu’il faille que ce soit le JT du 20H de l’A2 qui dénonce cette gabegie, alors que les médias locaux sont muets…

Pour regarder ce JT, début du sujet sur Pau à 24 mn 45 secondes.

http://pluzz.francetv.fr/videos/jt20h_,130071242.html

Conclusion, continuez à lire Alternatives Pyrénées, et faites connaître à vos amis…

par Daniel Sango

Pau : la gabegie en spectacle

le-zenith-de-pau-en-1992-quelques-mois-avant-son_2260730_800x400 Depuis des années les Maires des communes se sont lancés dans des investissements coûteux et sous utilisés. On connaît la course des petites communes aux salles polyvalentes qui essaiment dans nos campagnes, chaque Maire, roitelet champêtre, voulant la sienne.

A Pau où on joue dans la catégorie des coqs, c’est la même chose. Il suffit de faire le tour des innombrables médiathèques, largement sous utilisées et extrêmement coûteuses (chaque ouvrage prêté coûte environ 10 euros au contribuable : « Le livre d’or » AP du 6 août 2012) pour comprendre l’ampleur du phénomène.

Dans cette période où l’État demande un petit effort financier aux Maires et où ceux-ci font preuve d’une mauvaise foi indécente, l’agglomération paloise se distingue encore.

Lons inaugure son nouveau centre culturel, avec une magnifique salle de spectacle de 300 places assises (ou 900 debout avec tribunes repliées, 760 m² avec ses annexes) avec une grande scène de 10m/ 12m. On y apprend qu’elle sera utilisée 16 fois par an (La République) Indécent…mais classique !

Il existe déjà dans l’agglomération un nombre important de salles de spectacle toutes peu utilisées. Du petit Saint Louis au Zénith modulable de moins de 1000 personnes à plusieurs milliers en passant par le Casino (540 places) et les nombreuses autres salles de théâtre, MJC et médiathèques. Toutes sont très peu utilisées, sauf le Zénith, mais qui dispose lui aussi de nombreuses soirées libres. D’autant plus ennuyeux qu’à chacune de ces salles sont associés des amortissements et des coûts de fonctionnement dus au personnel en charge et à l’entretien…

Mais évidemment, « André » Bayrou peut faire encore pire puisqu’il programme lui aussi sa nouvelle salle de spectacle de 750 places dans le secteur du foirail !

Celle ci n’est même pas souhaitée par les acteurs culturels (« Nouvelle salle de spectacle à Pau : notre journal réunit les acteurs culturels ». La République du 25/9/2014).

Ce serait une déclaration de guerre à la minorité de palois qui finance cette gabegie par ses impôts locaux, qui, malgré les promesses, continuent à augmenter !

D’autant que dans son projet, il envisage de construire aussi trois salles pour le cinéma le Méliès.

Concernant ce cinéma, il existe une bien meilleure solution qui consiste à confier au CGR cette activité Art et Essais dans les salles du Saint Louis. Les palois pourraient y voir la même programmation au même tarif, sans que cela ne coûte un euro au contribuable ce qui constituerait un progrès et une économie conséquente pour l’agglomération.

 Il faut dire qu’en ce qui concerne la culture au niveau de l’agglomération, il règne une grande pagaille. Pas de mise en commun globale pour une réelle coordination avec à la clef un budget global énorme, somme des budgets de l’agglomération et de chacune des communes. Chaque commune y allant de ses manifestations, de ses subventions aux innombrables associations culturelles.

Il faut bien sûr y rajouter les subventions venues du Conseil Départemental, de la Région et de l’État.

J’aurai l’occasion d’y revenir, en détail…peut être.

Quand les contribuables s’éveilleront …

par Daniel Sango